Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/12/2008

DERNIERES LECTURES DE 2008

Pour terminer l'année, je vous propose une petite note sur quelques belles publications plus ou moins "ligne claire" de 2008 qu'il ne m'a pas été donné d'évoquer sur ces pages jusqu'à présent et qu'il m'aurait semblé plus que regrettable de passer sous silence. Un rattrapage de dernière minute à l'approche de 2009 !

ACME 19 001.jpgPour commencer, je ne saurais que trop vous conseiller la lecture du 19ème volume de l'Acme Novelty Library de Chris WARE, à découvrir au plus vite, en version originale, chez Drawn and Quarterly. Le probable futur Grand Prix 2009 de la ville d'Angoulême s'y montre toujours aussi brillant tant dans son dessin, impressionnant de justesse et de simplicité que dans l'ambition de son propos et sa parfaite maîtrise de la construction du récit. Avec ce volume, nous renouons avec l'univers de Rusty Brown, le nouveau personnage principal du créateur de Jimmy Corrigan, avec un zoom sur la personnalité troublée de son père W.K. Brown via un détour surprenant mais totalement réussi dans l'univers de la science fiction. Du grand Art. Une oeuvre parfaite.

ZAAK TTT.JPGPour les admirateurs du grand Ever MEULEN qui auraient raté L'affaire T.T.T publié en son temps par l'éditeur lyonnais Carton, signalons une belle réédition chez Beeld Beeld de cet ouvrage sous le titre De Zaak T.T.T.. Dans ce recueil d'illustrations réalisées pour l'hebdomadaire Humo, dans les années 70, l'artiste belge vous invite à découvrir les 3 T cachés dans chacun de ses dessins. A vous de jouer !
Aperçu sur le site du Comptoir des Indépendants.

ciel en ruine cover.jpgIl est toujours agréable de voir apparaître de nouveaux auteurs déployant un style ligne claire surtout quand ils sont talentueux dès leurs premiers albums. Tel est le cas du français Olivier DAUGER, dessinateur de Ciel en ruine, une série d'aviation teintée de fantastique, écrite par Philippe PINARD et publiée dans la collection Cockpit de Paquet. Alarmstart, le second volume paru cet automne, nous offre un dessin très épuré et un superbe travail de mise en scène de combats aériens dans l'Allemagne de 1945. Même si une certaine froideur se dégage du trait de DAUGER, celui-ci n'en demeure pas moins très agréable. Nous ne saurions d'ailleurs que trop vous conseiller son recueil d'illustrations aéronautiques intitulé Pilotes & Co et publié chez le même éditeur. Servi par un format à l'italienne très réussi, cet ouvrage contient de superbes dessins.
Aperçu de ces ouvrages sur le site de Paquet.

9782803624607cm1.JPGRestons dans l'univers de l'aviation avec la publication, en cette fin d'année, du second et dernier volume de l'intégrale ADLER de René STERNE au Lombard. Si l'on ne peut que féliciter l'éditeur pour son hommage à l'auteur trop tôt disparu et la qualité et le soin apportés à cette belle réédition, on pourra néanmoins regretter le prix élevé de chaque volume (47 euros) qui risque fort de limiter l'impact de cette série trop méconnue sur un nouveau lectorat. Mais ne faisons pas trop la fine bouche et saluons comme il se doit cette remise au goût du jour des aventures d'Adler Von BERG, un aviateur déserteur de la Luftwaffe et de son amie Helen. Le lecteur pourra admirer une belle ligne claire au service de récits pleins d'exotisme mais aussi une réelle ambition d'auteur. En effet, au travers des péripéties de son héros, René STERNE développe un propos humaniste en dénonçant tout particulièrement les excès du totalitarisme qu'il s'agisse du IIIème Reich ou bien du stanilisme. Chaque volume rassemble 5 histoires précédées de préfaces inspirées sur le parcours d'homme et d'artiste de René STERNE ou ses influences notamment littéraires. Il contient également plusieurs travaux inédits comme, par exemple, les deux pages d’essais réalisées par l'auteur en vue de la mise en images d'un Blake et Mortimer écrit par Jean VAN HAMME, celles-là mêmes qui convainquirent l’éditeur de lui confier la succession de Ted BENOIT pour le dessin de La malédiction des trente deniers. On sait que le destin en a malheureusement décidé autrement, le décès brutal de René STERNE, en novembre 2006, arrêtant net l'avancement du 1er tome. Ce dernier sera fort heureusement achevé par la veuve de l'auteur, Chantal de SPIEGELEER et très probablement publié en fin d'année 2009.
Aperçu sur le site du Lombard.

MADILA.jpgIl convient d'ailleurs de signaler qu'à l'occasion de cette réédition des aventures d'Adler, le Lombard a eu la judicieuse idée de proposer une intégrale en un volume de la série Madila écrite et dessinée par Chantal de SPIEGELEER. Ce n'est que justice quand on sait le rôle déterminant qu'a pu avoir cette dessinatrice sur la carrière en bande dessinée de René STERNE dont elle était par ailleurs la coloriste pour Adler. Outre les 4 albums publiés de 1988 à 1995, l'intégrale Madila contient un album totalement inédit de 46 pages intitulé Les yeux dans les yeux. Le trait de Chantal de SPIEGELEER est proche de celui de René STERNE. Il est clair, sophistiqué, un rien destructuré et très esthétique avec un travail tout particulier sur les costumes des personnages et l'architecture dans laquelle ils évoluent. Les récits proposés ont pour cadre Madila, une ville imaginaire et dépeignent plus particulièrement les travers de la mode et du cinéma. Chantal de SPIEGELEER s'y livre à une critique subtile de ces univers de l'apparence, anticipant de quelques années la peopolisation que nous connaissons aujourd'hui. L'intégrale contient également une interview de l'auteure qui nous apprend son retour prochain à la bande dessinée, toujours au Lombard, en collaboration avec Juan d'OULTREMONT, avec une nouvelle série dont le titre provisoire est Eclipse.
Aperçu sur le site du Lombard.

TRESOR cover JPG.jpgLicue DURBIANO est une autre dessinatrice à suivre de près. Avec Trésor, publié dans la collection Bayou de Gallimard, l'illustratrice française nous livre une bande dessinée pleine de fraîcheur, d'humour et d'aventures située dans les années 50, de Paris à Rennes-le-Château. Ce récit trépidant n'est pas sans rappeler l'atmosphère des feuilletons radiophoniques de Pierre DAC et Francis BLANCHE ou les comédies de Vincente MINNELLI. On y retrouve les ingrédients du roman populaire révisités à la mode de la "nouvelle" bande dessinée : des personnages typés (un professeur en archéologie, sa fille un peu fleur bleue, l'assistant de l'archéologue épris de la demoiselle, un couple mal intentionné et particulièrement intéressé), un parchemin mystérieux, une chasse au trésor. Le dessin simple et clair de Lucie DURBIANO, sa mise en couleur aux tons vivifiants sert à merveille ce récit pas si léger qu'il n'en a l'air. En effet, comme elle en a l'habitude, l'auteure mèle les genres et introduit beaucoup d'ironie et de cynisme dans sa bande dessinée. Derrière l'apparente fantaisie de l'histoire, elle nous décrit avec talent et subtilité les pires travers de l'espèce humaine. Une vraie réussite.
Aperçu sur le site de Gallimard.

DENIS invisible.gifEn consacrant Nouvelles du monde invisible, son dernier ouvrage publié chez futuropolis, au thème des odeurs, le moins que l'on puisse dire est que Jean-Claude DENIS a eu du nez. En effet, il nous embarque avec brio dans les mystères d'un sens souvent négligé. A travers une approche autobiographique, l'auteur nous fait partager son goût pour l'univers olfactif. Par différentes nouvelles graphiques situées à différentes périodes de sa vie, le dessinateur nous fait prendre conscience de l'importance des odeurs dans nos existences. Il nous prouve que des senteurs délicates, des parfums subtils ou des effuves nauséabondes peuvent nous rappeler des souvenirs lointains, nous procurer du plaisir ou nous faire mieux percevoir notre réalité. Servi par un code couleur extrêmement limité dominé par une dominante bleu mais aussi par une mise en pages inhabituelle comptant peu de cases par planche, le dessin épuré de Jean-Claude DENIS, un peu plus jeté que d'habitude, fait merveille. On relèvera la présence en fin d'album d'un long texte de l'auteur intitulé A vue de nez qui complète fort utilement les bandes dessinées qui précèdent. A lire absolument même en période de rhume !

low-moon-histoires-jason.jpgEnfin, pour terminer ce tour d'horizon, je tiens à signaler la parution de la version française de Low Moon, le western de JASON déjà évoqué sur ces pages à l'occasion de sa publication sur les "funny pages" du New York Times. Cette bande dessinée a fait l'objet d'un tirage de qualité dans une édition au dos toilé chez Carabas, accompagné d'autres histoires sous le titre Low Moon et autres histoires mais aussi d'une publication isolée au format journal qui permet de savourer en grand format le dessin et le style inimitable de l'artiste norvégien. A conseiller sans modération en attendant Les poches pleines de pluie, son prochain album annoncé dès janvier chez Carabas.

Bonne(s) lecture(s) !

18/11/2006

HOMMAGE A RENE STERNE

medium_photo_rene_sterne.2.jpg

La ligne claire est en deuil.

C'est avec énormément de tristesse que j'ai appris le décès brutal du dessinateur René STERNE, ce 15 novembre, dans les Caraïbes où il résidait depuis une quinzaine d'années, avec sa compagne, la dessinatrice Chantal de SPIEGELEER. Il n'avait que 54 ans.

René STERNE est bien connu des amateurs de ligne claire pour sa série ADLER aux éditions du Lombard. Il travaillait actuellement avec Jean VAN HAMME sur LA MALEDICTION DES TRENTE DENIERS, une nouvelle aventure de BLAKE ET MORTIMER qui lui tenait particulièrement à coeur.

J'avais eu l'occasion d'échanger avec René STERNE à plusieurs reprises. J'en garderai le souvenir d'un homme simple, courtois, passionné dans tout ce qu'il entreprenait et d'un grand perfectionnisme. A chaque fois, il avait fait preuve à mon endroit d'une grande amabilité et d'une grande simplicité.

La première fois, lors de la parution de la première aventure d'ADLER, L'AVION DU NANGA en 1987, l'adolescent que j'étais alors le questionnait sur son appartenance à la ligne claire. Il me répondait dans une lettre manuscrite très chaleureuse :

"Ma position vis-à-vis de la ligne claire ? J'ai du mal à répondre à ce genre de question. Je ne sais pas si j'appartiens à telle ou telle école, à tel ou tel genre. C'est, je crois, à vous, au public, de me classifier. Je ne cherche en tout cas pas à appartenir ou à rénover quoi que ce soit. Je dessine comme j'aime. C'est tout. Comprenez-moi : je n'ai pas d'intention dans ce métier. J'ai des envies, tout simplement. Mes influences sont multiples et mon univers m'appartient intimement. Il est fait d'expériences vécues, de récits lus, de films vus et d'imagination pure. Je crois aussi qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions trop hâtives. J'aime beaucoup la ligne claire. C'est une grammaire très rigoureuse. La transgresser, est-ce la rénover ?...
Très amicalement." René Sterne


La dernière fois, lors d'un échange de mails au mois d'octobre, alors que je le questionnais sur l'avancement de sa reprise de BLAKE ET MORTIMER, il m'avait répondu toujours aussi chaleureusement :

"Au risque de vous décevoir, je n'ai pas encore terminé ce premier volume. J'en suis aux deux tiers encrés. En un an et demi. Faites le calcul. La fin est proche.

Je profite nez en moins de l'occasion que vous me donnez pour mettre quelques petites choses au point.
Sans vouloir donner l'impression de me justifier, je tiens toutefois à m'expliquer quelque peu sur le temps qui passe. Temps qui passe et que je me refuse à appeler "retard". Le monde souffre d'aller trop vite. Je refuse de participer à cette course en avant qui gâte tout. Si tout fout le camp, ce ne sera pas par moi. Je ne sacrifierai pas Blake et Mortimer sur cet autel-là.

J'ai juste envie que vous sachiez comment j'ai abordé le travail. Comme vous l'imaginez, j'ai dû entrer en "Jacobsitude", bien que mon test ait été déjà fort satisfaisant, il me fallait prendre le style de l'intérieur, le faire mien tout en y ajoutant ce 'je ne sais quoi ' de plus qui le distingue à la fois du style initial ainsi que ceux de mes prédécesseurs. Et ça, c'est du boulot, je vous l'assure.

Ajoutez à cela que j'ai travaillé sur le calibrage du texte et sur la documentation des deux volumes ( plus ou moins 12000 images réalisées personnellement, collectées dans des livres ou sur internet ou dans ma collection privée de revues anciennes...). Ça aussi, rontudjûûûû, c'est aussi beaucoup de boulot. Et le boulot, c'est du temps...

Vous savez, je préfère de loin décevoir dans les délais que dans l'album. Un retard est très très vite oublié. Un album raté reste, malheureusement, et se fait très difficilement oublier. Encore moins pardonner. J'aime le travail bien fait ce qui est une tendance plutôt requise à ce genre d'exercice. Le style d'Edgar s'accorde mal avec l'approximation ou le travail bâclé. Il a besoin de temps et de beaucoup de soin. Edgar mettait du temps, c'est donc un minimum que je lui en consacre aussi.

Je suis plutôt perfectionniste, ce qui n'arrange pas les choses du public. Mais je crois que l'Éditeur a compris ma démarche et me soutient à 100 %. Il a donc demandé à Juillard de faire l'intérim avec Yves Sente, le temps que je boucle ce premier tome et que j'entame bien le deuxième afin qu'il n'y ait pas trop de temps d'intervalle entre ces deux tomes.

Sachez aussi que je tiens à respecter l'oeuvre en la serrant au plus près sans pour autant copier servilement.
Je veux être le "...gardien du style et non son esclave..." (Myake). Je veux offrir du "Blake et Mortimer" comme j'aimerais en lire, tout simplement. Et, cerise sur le gâteau, j'espère simplement que mes goûts rencontreront ceux du public...

Je vous enjoins de visiter mon site personnel sur lequel j'ai mis quelques images déjà réalisées. Ce soir, je vais y rajouter quelques encrages récemment réalisés pour vous donner une petite idée de mon travail.

http://www.rene-sterne.com

Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à Blake et Mortimer. J'espère ne pas vous décevoir et vous offrir, ainsi, un album que vous aurez plaisir à lire et à relire. Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire.

Bien à vous... "Amiclairement vôtre" (là je vous pompe...)" René STERNE


Avec sa disparition, la lecture de ces propos est très émouvante. Le temps évoqué par René STERNE nous joue malheureusement de bien mauvais tours. Comme le regretté Yves CHALAND, il est parti beaucoup trop tôt.

C'est profondément attristé par cette disparition que j'adresse mes condoléances et mes pensées amicales à sa compagne et à ses proches.

photo copyright rene-sterne.com

18:31 Publié dans Sterne | Lien permanent | Commentaires (1)