Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/01/2015

BONNE ANNEE KLARE LIJN 2015

Carte-klarelijn-2015-DEF.jpg

Nous vous adressons nos meilleurs voeux de bonne et heureuse année avec une illustration originale du talentueux Hugo Piette, dessinateur de Poncho et Semelle (Sarbacane), de Varulf (Gallimard) et contributeur à nos yeux bien trop occasionnel au Journal Spirou (petit message à l’attention de Frédéric Niffle).

Un grand merci à lui d’avoir aimablement accepté de signer de son trait ligne claire impeccable et résolument moderne notre carte 2015 !

Nous profitons de cette première note de l’année pour vous inviter à découvrir sa dernière bande dessinée pour la revue Professeur Cyclope. C’est à lire ici et c’est épatant !

En nous souhaitant de découvrir plein d’autres belles créations ligne claire au fil des douze prochains mois.

21/12/2014

SELECTION DE NOEL

En cette période de fêtes de fin d’année propice aux cadeaux, nous vous proposons une petite sélection de beaux ouvrages pour faire plaisir à l’amateur de ligne claire.

Jacobs-329-dessins.jpg

JACOBS 329 DESSINS (Dargaud)

Il s’agit du plus beau et du plus complet recueil de dessins du Maître du Bois des Pauvres qu’il nous ait été donné de voir jusqu’à présent. Un peu comme si la Fondation Jacobs nous ouvraient ses portes blindées !Comme son titre l’indique, il nous offre à découvrir plus de 300 originaux d’Edgar P. Jacobs (portraits, crayonnés, croquis, illustrations...) dont plusieurs inédits en suivant la chronologie de parution des aventures de Blake et Mortimer. On y retrouve toute la minutie de ce grand dessinateur, son sens de la composition, la magie de son trait évolutif au fil des ans. C'est absolument splendide et remarquable avec, ce qui ne gâte rien, d'excellents commentaires de Daniel Couvreur sur les œuvres présentées. Attention, ce livre est un collector à tirage limité (2999 exemplaires). On espère que d’autres trésors nous seront proposés, sous la même forme, dans un proche avenir.

Extrait 1 329 dessins.jpg

Ne gâchez surtout pas le bonheur de l’heureux bénéficiaire de ce beau livre en lui offrant l'insipide Bâton de Plutarque, dernière fausse «aventure» de Blake et Mortimer d’après E.P. Jacobs. En effet, tout sonne faux dans ce produit commercial de fin d’année : un scénario abracadabrantesque d’Yves Sente, un dessin peu inspiré et beaucoup trop rigide du talentueux André Juillard, au trait pourtant si vivant dans ses croquis, certainement très contraint par les délais fixés par l'éditeur – Etienne Schréder, l'auteur des calamiteuses dernières planches du précédent opus, a pris en charge l’encrage de l’ensemble de l’album – et une mise en couleur plutôt fade de Madeleine de Mille.

***

Intégrale Rock cover.jpg

INTEGRALE ROCK de Serge Clerc (Dupuis)

Après l’Intégrale Phil Perfect en 2012 et avant l’Intégrale SF, Serge Clerc continue de revisiter son passé avec Intégrale Rock, compilation de la quasi-totalité de ses créations autour de l’univers musical (bandes dessinées, dessins de presse, pochettes de disque, affiches de concert, illustrations diverses, crobards...). Ce beau livre de près de 400 pages, superbement édité par Dupuis, dans une version numérotée et signée à 2500 exemplaires, est indispensable à tout amateur de l’univers Rock et BD du dessinateur espion. En effet, il comporte outre bon nombre d’inédits et de pépites graphiques, des commentaires du dessinateur sur certaines d'entre elles ainsi qu'un texte d'introduction fort intéressant accompagné de bon nombre de clichés historico-rocks !

Intégrale Rock Extrait.jpg

Il n’en demeure pas moins que nous souhaiterions voir Serge Clerc abandonner son costume d’archéologue de ses propres créations pour nous proposer, de temps en temps, quelques vraies nouveautés ! Ceux qui ont eu la chance de le croiser à l’occasion de dédicaces savent bien qu’il ne manque pas de carnets remplis de dessins, études et croquis épatants !

***

Floc'h La belle vie cover.jpg

LA BELLE VIE de Floc’h (Seuil Jeunesse)

Retrouvez l’inimitable trait de Floc’h et son talent de conteur so british dans La belle vie, son dernier ouvrage aux apparences de livre jeunesse publié au Seuil. Comme dans Une vie exemplaire et Où mène la vie ? , ses deux précédents titres chez Hélium, l’auteur nous invite à une sympathique promenade que nous qualifierons de joyeusement philosophique. Au programme : de belles illustrations grand format accompagnées de textes sobres et choisis.

Floc'h extrait La belle vie.jpg

L’auteur – qui s’y met une nouvelle fois en scène - nous invite à rentrer dans son univers en nous tendant la main dès la première page du livre. C’est au travers du parcours d'une petite fille que nous allons découvrir un monde merveilleux fait de rêves et d’aventures extraordinaires. Certes, à la fin du livre, la fillette et nous lecteurs quittons Floc'h pour revenir à la réalité. Mais nous avons fait un beau voyage. Un livre illustré qui enchantera petits et grands !

L’amateur inconditionnel de l’oeuvre du Maître regrettera simplement, d’un point de vue graphique, de retrouver bon nombre d’attitudes et de situations déjà vues dans ses précédents ouvrages. On sait que Floc'h aime la répétition mais un peu de renouveau serait toutefois appréciable.

***

Le NOEL de MARGUERITE.jpg

LE NOEL DE MARGUERITE de India Desjardins et Pascal Blanchet (La Pastèque)

Comment ne pas évoquer ici le dernier livre du talentueux Pascal Blanchet, déjà auteur de plusieurs pépites toutes publiées à La Pastèque (La Fugue, Rapide Blanc, Bologne, Nocturne). C’est avec grand plaisir qu’on replonge dans son univers graphique élégant et vintage avec Le Noël de Marguerite, un conte de Noël écrit par India Desjardins.

Extrait Noël de Marguerite.jpg

Les deux auteurs nous propose une belle rencontre avec une personne âgée qui vit retirée du monde et des autres avec son intérieur pour seul univers. Jusqu'à ce qu'un évènement imprévu, le jour de Noël, vienne perturber ses habitudes... C’est beau, sobre, touchant, absolument magnifique. Ce n’est pas pour rien que ce livre a obtenu le Prix Ragazzi (catégorie Fiction) au dernier salon international du livre jeunesse de Bologne. Il le mérite amplement.

***

Bienvenue à Mariposa.jpg

BIENVENUE A MARIPOSA de Stephen Leacock & Seth (Nouvelles Editions Wombat)

Nous vous conseillons un roman magnifiquement illustré par Seth. Bienvenue à Mariposa est un classique de la littérature canadienne anglophone – Sunshine sketches of a Little Town en version originale - jusqu’alors resté inédit en français. Il est signé Stephen Leacock (1869-1944), un canadien surnommé le "Mark Twain canadien" qui aura su mener de front deux carrières aux antipodes, celle d’universitaire reconnu en économie politique et celle d’auteur de livres humoristiques ou d’essais théoriques sur l’humour littéraire. L’ouvrage nous dévoile les tribulations de plusieurs habitants de Mariposa, une ville fictive de l’Ontario, à la fin du XIXème siècle.

Mariposa Extrait.jpg

Dans la postface qu’il signe, Seth écrit à propos de l’ouvrage que c’est "un texte brillant, drôle et très, très élaboré, l’oeuvre d’un homme à la fois intelligent et complexe". Il ajoute : "Ce livre fait partie d’une très petite poignée de mes favoris, que je relis régulièrement. Pourquoi je l’aime à ce point ? Eh bien, ce n’est pas seulement parce qu’il est drôle. Je pense que j’aimerais ce texte tout autant s’il était moitié moins drôle. Fondamentalement, je suis attiré par autre chose : comment le décrire ? Son caractère abouti peut-être, ou un certain sens du lieu. Leacock nous livre dans sa totalité un petit monde, dont il a «établi le plan »pour nous. Le lecteur découvre Mariposa pas à pas : d’abord l’hôtel, ensuite le salon de coiffure, puis le quai, le presbytère, l’église, et ainsi de suite. Dans le même temps, on nous présente de manière tantôt formelle, tantôt informelle les habitants de la ville, dont certains seront des protagonistes importants de l’histoire et d’autres de simples personnages secondaires. Une fois le livre achevé, on a l’impression d’avoir visité Mariposa comme si un de ses résidents, voyant que nous étions étranger, nous avait pris par le bras et nous avait servi de guide, nous promenant dans la ville en nous racontant tous les potins".

Qui mieux qu’un nostalgique tel que Seth aurait pu mettre en images un tel univers, lui qui déploie aussi, en trois dimensions, une ville imaginaire, Dominion, faite de bâtiments en carton ? Comme à son habitude, l’auteur de Palooka Ville nous offre de splendides illustrations et un design graphique d’une extrême beauté. L’ouvrage édité par les nouvelles éditions Wombat est tout simplement superbe. Avec lui, pas besoin de paquet cadeau !

***

Spirou-femmeleo-luxe-GD.jpg

LA FEMME LEOPARD – Tirage de Luxe – de Olivier Schwartz et Yann (Dupuis)

S’il est encore disponible – le tirage n'est seulement que de 499 exemplaires numérotés et signés – complétez votre liste au Père Noël avec ce tirage exceptionnel de la dernière aventure de Spirou et Fantasio par Schwartz et Yann. Cette version magnifie tout simplement le dessin ligne claire de ce digne héritier de Jijé, Franquin et Chaland.

Spirou-femmeleo-luxe-ext2.jpg

On peut y admirer, en grand format, les planches encrées noir et blanc mais aussi les planches crayonnées présentées en vis-à-vis ainsi que plusieurs pages de croquis, d’aquarelles et d’illustrations inédites. Magnifique !

***

Exem2_1ere-de-couv.jpg

SUR LES CHAPEAUX DE ROUES d'Exem et Ariel Herbez (Séries Rares)

Après Le Grand Plongeon, premier volume déjà évoqué sur ces pages du catalogue raisonné des aventures d'Exem au pays des affiches, vous pouvez désormais offrir à l'amateur de klare lijn le second catalogue dernièrement publié par Séries Rares.

catalogue2_p12-13.jpg

Conçu sur le même modèle, de même format, il couvre la période 1991-1994. Toujours accompagné de commentaires pertinents et éclairants d'Ariel Herbez, il offre à voir toute la palette graphique et les différents styles développés par Exem, artiste qui ne saurait être cantonné à la seule ligne claire.

***

uderzo l'intégrale 2 cover.jpg

L’INTEGRALE UDERZO 1951-1953 (Hors Collection)

Vous nous direz « Uderzo, ce n’est pas de la ligne claire ». Et nous vous répondrons : « Vous avez raison mais ce n’est pas une raison suffisante pour ne pas évoquer ce très beau livre ». Conçu par Philippe Cauvin et Alain Duchêne, ce second volume de l’Intégrale Uderzo propose de découvrir les créations du dessinateur d’Astérix sur les années 1951-1953, période qui sera particulièrement marquante pour lui dans la mesure où sa route croisera celle de ses deux principaux scénaristes, René Goscinny et Jean-Michel Charlier.

Uderzo intégrale 2 extrait.jpg

Au programme des réjouissances de ce gros volume : des bandes dessinées avec des épisodes des aventures de Belloy, Oumpah-Pah, Jehan Pistolet, Marco Polo mais aussi des illustrations étonnantes dans un style très réaliste pour des rubriques de savoir vivre dans la presse féminine ! Plus de 400 pages de planches restaurées avec soin, d’illustrations rares ou inédites, de documents d’archives. Que demander de plus ? Un troisième volume très rapidement !

***

Si avec ces judicieux conseils certes un peu tardifs, vous n'arrivez pas à faire le bonheur de l'amateur de ligne claire, c'est que vraiment vous faites preuve d'une mauvaise volonté évidente.

Joyeux Noël à toutes et tous !

09/12/2014

PORTRAITS D'ILLUSTRES PAR DELIUS

Destins Inoubliables cover.jpg

Depuis trente ans, l'émission de radio Une vie, une oeuvre propose à l'auditeur de France Culture la (re)découverte de la vie d'un homme ou d'une femme illustre à travers un portrait sonore toujours savamment construit avec archives sonores et commentaires de contemporains.

Bourgeois.jpg

Louise Bourgeois par Delius

A l'occasion de cet anniversaire, Albin Michel publie Destins inoubliables, la transcription écrite d'une sélection de 28 portraits - de Jean-Michel Basquiat à Jésus-Christ en passant par Cesaria Evora ou Louis de Funès - choisis parmi les plus de 1200 qui ont été proposés sur les ondes depuis 1984.

Wilder.jpg

Billy Wilder par Delius

Etabli sous la direction de Matthieu Garrigou-Lagrange, actuel producteur de Une vie, une oeuvre, l'ouvrage propose 29 portraits ligne claire signés du dessinateur Delius, déjà à l'œuvre, depuis plusieurs mois, sur l'illustration graphique de la page internet de l'émission.

Zelda Fitzgerald.jpg

Zelda Fitgerald par Delius

On y retrouve avec plaisir son trait élégant et raffiné. Ainsi que son autoportrait :

Autoportrait.jpg

Delius par lui-même

Un beau livre enrichissant à plus d'un titre ! On pourra juste regretter qu'aucun auteur de bande dessinée ne soit au programme. Pourtant l'émission a eu l'occasion de se pencher sur les vies de Pratt, Jean Giraud-Moebius ou de Franquin. Un oubli qui sera certainement corrigé dans un prochain volume !

DELIUS%20ANDRE%20FRANQUIN.jpg

André Franquin par Delius

Le site de l'émission

Le blog de Delius

19/11/2014

EXPO SWARTE A BALE

141031_Cartoon_Swarte_A4_web.jpg

Le Cartoonmuseum de Bâle aime la klare lijn !

Un an après l'exposition "Les aventures de la ligne claire", le musée suisse propose jusqu'au 22 février 2015 une exposition "Joost Swarte, dessinateur et designer".

Le visiteur peut y découvrir plus de 100 dessins originaux et objets de toutes les périodes artistiques de l'inventeur de la klare lijn dont ses illustrations pour "The New Yorker".

A ne pas manquer si vous avez la possibilité de vous y rendre !

Plus d'infos sur : http://www.cartoonmuseum.ch/

09/11/2014

ADAM CLARKS : ENTRETIEN AVEC ANTONIO LAPONE

Cela faisait plus de trois ans que nous attendions avec impatience de découvrir la nouvelle bande dessinée d'Antonio Lapone. C'est chose faite ! En effet, après l'excellent Accords sensibles en 2011, l'artiste italien nous propose Adam Clarks, un nouvel album réalisé en tandem avec le scénariste Régis Hautière et édité chez Treize Etrange.

Le moins que l'on puisse dire est que cela valait la peine d'attendre. Cette bande dessinée rétro-futuriste sur fond d'espionnage entre les blocs de l'Est et de l'Ouest est menée tambour battant et nous offre à découvrir un héros gentleman-cambrioleur évoluant dans des décors urbains à couper le souffle ! Antonio Lapone y propose un dessin très esthétique mais aussi très dynamique tendant à s 'éloigner de la ligne claire pure et dure par un savant usage de la couleur. Une vraie réussite à ne pas manquer !

Autant de bonnes raisons pour poser quelques questions au plus wallon des dessinateurs italiens que nous remercions pour sa disponibilité, sa gentillesse et son appui pour l'illustration de cet échange.

Couverture Lapone.jpg

Klare Lijn International : Quand on le découvre, Adam Clarks est un livre qui surprend d'abord par son format. Est-ce que c'est un choix de l'éditeur, des auteurs ? Ce format était-il prévu dès le départ ? Est-ce que tu as travaillé en sachant que la bande dessinée serait imprimée de la sorte ? Qu'est-ce que cela a changé pour toi au niveau de la conception de l'album ?

Antonio Lapone: Le format du livre a été décidé dès le début. Frédéric Mangé, mon éditeur, avait envie de mettre en valeur mes planches. L'album est riche de "splash pages", de grandes cases. La couleur est aussi très recherchée et elle avait besoin d'un bon papier pour bien ressortir. J'ai donc travaillé tout en sachant que le format serait "grand" et, effectivement, il est vraiment grand! Je dois dire que le choix de sortir un "grand format"a été très courageux de la part de mon éditeur. J'ai eu vraiment la chance et l'opportunité de m'amuser avec de grandes images, des decors très riches, avec des mises en page différentes de la bande dessinée classique. Ce que je préfère dans mon découpage d'une planche, c'est jouer avec des cadrages differents. C'est d'ailleurs pour ça que la phase du découpage est si longue pour moi.

Planche Lapone 1.jpg

KLI : Quand on ouvre la bande dessinée, on est surpris par les bords de page illustrés. Pourquoi ce choix ? C'est une volonté de ta part ?

AL : il faut savoir que Je travail dans un format A3, toujours comme la vieille école, papier Canson 1557, 180 g/m - pas des planches virtuelles comme c'est la mode aujourd'hui - et le format de la page de l'album étant plus large, il fallait imaginer quelque chose pour éviter le blanc de côté. C'est pour cela que j'ai imaginé une frise qui change à chaque chapitre, très design mais qui ne va pas envahir graphiquement le sens de la lecture. Encore une fois, cela donne de la richesse à l'ensemble de l'album. Disons que je cherche toujours l'esthétique dans mon travail.

Planche Lapone 2.jpg

KLI : Concernant ton dessin, je trouve que tu t'éloignes progressivement de la pure ligne claire. Il y a tout un jeu sur la couleur que tu utilises comme élément du trait, qui vient en substitution de la ligne. Peux-tu nous éclairer sur ce point ? Il y a aussi un côté Darwin Cooke avec plus d'utilisation du noir. C'était déjà le cas dans ton dernier portfolio chez Alain Beaulet. Comment analyses-tu ton évolution graphique ?

AL : C'est vrai ! Mon vrai problème, c'est que je n'arrête jamais de rechercher, d'évoluer - j'espère - dans mon travail. Enlever parfois la ligne de contour, c'est une étape très importante. J'en suis arrivé là par mes tableaux dans lesquels je cherche à enlever les lignées "inutiles" pour donner plus de luminosité. Et voilà le résultat : cela a contaminé mon dessin de bande dessinée.

doc lapone 05.jpg

Tout ca me rend proche de certains auteurs américains comme Cooke, Michael Cho. Cela donne un résultat parfois très proche de certains story-boards publicitaires. D'ailleurs, je suis issu de la publicité. Et puis, il y a aussi plus de noir pour donner à la page un effet plus dramatique. Je cherche de m'éloigner petit a petit de la Ligne Claire à la Chaland, mon point de départ, bien sûr, pour expérimenter, pour découvrir de nouvelles voies.

doc lapone 03.jpg

KLI : Concernant l'ambiance générale du récit, Est-ce que choix d'un récit ancré dans un rétro-futurisme élégant sur fond d'espionnage Est-Ouest est le fruit d'un échange avec Régis Hautière ? Quel a été ton apport au scénario ?

AL : Régis a travaillé le scénario sur la base de certaines idées de départ. Disons qu'il a écrit l'histoire et que j'ai créé l'univers d'Adam Clarks. Nous avons réfléchi ensemble au caractère de notre personnage. Après, Régis m'a proposé son idée et j'ai cherché à l'enrichir dans mes planches parfois en la dénaturant mais sans jamais toucher ses dialogues.

Planche Lapone 3.jpg

KLI : Adam Clarks est un récit très nocturne. Est-ce que le méditerranéen que tu es n'a pas été frustré par cette ambiance manquant singulièrement de soleil et de clarté J'imagine que cette inscription du récit dans la nuit ou dans des lumières artificielles a été un défi pour toi. Exact ?

AL : Sur ce point - comment expliquer ça - contrairement au cliché de l'italien "qui aime le soleil", moi, je n'aime pas le soleil ! Est-ce pour cela que j'habite en Belgique ? J'aime les climats du nord, les brumes matinales, les ciels chargés de nuages de toutes les gammes de gris. J'adore la nuit. J'ai consacré toute une exposition à la galerie Champaka sur le thème de la nuit. Chez Alain Beaulet, j'ai publié un petit livre Rainy Day qui raconte différents moments d'une journée de pluie et un portfolio Midnight in Blue, une balade dans la nuit à New York. Pour Adam Clarks, je me suis amusé à créer des effets d'ombres et de lumières comme, par exemple, la lumière électrique de l'hôtel, le blanc qui penètre les visages des personnages comme envahis par l'éclairage, le côté sombre de la chambre d'hôtel dans le bas de Majestik City, la neige qui tombe...

doc lapone 06.png

KLI : Quels ont été les livres, albums de photos, magazines, films, séries TV qui t'ont accompagné pendant la réalisation d'Adam Clarks ? On pense à l'univers des comics type Batman pour les architectures urbaines, aux films de Fritz Lang, à la série Mad Men, à tous les films d'espionnage des fifties et sixties.

AL : J'ai regardé l'ensemble des saisons de Madmen. Au départ, en 2012, avec Regis, nous avions pensé réaliser un scénario à la Madmen avec des publicitaires, des belles voitures dans le Manhattan des années 60.

doc lapone 10.jpg

Notre éditeur a trouvé le concept un peu difficile à gérer dans une bande dessinée et nous avons abandonné cette idée. Tout ce qui en est resté, c'est le personnage élégant d'Adam Clarks, les cocktails, la haute société, les drinks, les cigarettes - sans tabac comme on peut le voir dans la publicité en page 9 de l'album - les belles femmes, les mises des grands soirées… Adam Clarks est aussi un hommage à la serie télé "The Twilight Zone". D'ailleurs, notre "Cicérone" est Rod Serling, le personnage en costard et cigarette à la main qui introduisait les épisodes

doc lapone 12.png

Et bien évidemment, Majestik City tient un peu de Gotham City : les immeubles immenses, l'art deco, les lumières qui éclairent la nuit, les zeppelins, les voitures volantes... On a nourri les années 50 avec tout qui a été imaginé comme le futur perfait, la nouvelle frontière des années 2000… J'ai acheté beaucoup des numéros du magazine "Esquire" des années 50/60 et je me suis beaucoup inspiré des pages publicitaires de l'époque.

doc lapone 14.png

J'ai aussi regardé aussi les films d'Alfred Hitchcock. Adam Clarks tient de Cary Grant, un des mes acteurs preférés de cette époque. North by Northwest, je le connais par coeur comme le Pater Noster ! J'accumule toujours beaucoup de documentations quand je dois réaliser une bande dessinée.

doc lapone 13.jpg

KLI : Est-ce qu'un tirage de tête d'Adam Clarks est prévu ? Il y a déjà un sketchbook edite par la Librairie Atomik Strip. Peux-tu nous en parler ?

AL : Il n'est pas prévu de tirage de luxe. L'édition originale est déjà dans un très beau format. Par contre, avec Tony Lariviere de la Librairie Atomik Strip, on a decidé de réaliser un sketchbook format A4 de 32 pages avec des crayonnés, des recherches, des cases inédites,… Il sortira le 6 décembre et sera disponible auprès de la librairie (petit moment de pub pour soutenir les petits libraires !)

sketcbook.png

KLI : Adam Clarks est-il appelé à vivre de nouvelles aventures ? Sur la riviera en plein été pour que tu puisses déployer ton talent dans des ambiances lumineuses ?

AL: Non. Il s'agit d' un one-shot. Donc pas de suite pour Adam Clarks, pas de soleil ni de riviera… Mais on sait jamais... On verra déjà la réaction du public !

doc lapone 01.jpg

KLI : Quels sont tes projets en cours en bande dessinée, en illustration, en peinture, en design graphique ? Je crois savoir que tu prépares une nouvelle exposition chez Champaka.

AL : Je suis déjà au travail sur un album qui sortira l'année prochaine. Il s'agit d'une belle collaboration avec Jean-Philippe Peyraud autour de la biographie de Mondrian. Nous avions envie de travailler ensemble Jean-Philippe et moi. Nous avons trouvé notre point de départ. La parution est prévue pour novembre 2015 toujours chez Glenat. Les planches seront d'un format plus grand qu'un A3 en couleur directe à l'aquarelle et acryliques. Côté tableaux, je prépare mon expo à la Galerie Champaka Bruxelles pour le mois de Fevrier 2015. Son titre sera "The New Frontier". Pour la BRAFA de Bruxelles (Brussels Antiques & Fine Arts Fair), je suis en train de réaliser deux grands tableaux et j'aurai le grand honneur de participer à la vente Sotheby's organisée par Champaka/Galerie 9eme Art au mois de Mars 2015. Mais pour le moment, je ne peux pas en dire plus. Je cherche à consacrer mes matinées à la bande dessinée et l'après-midi à mes peintures. Je me réveille très tôt le matin. Vers 6h00, je suis déjà dans mon atelier. Je travaille jusqu'à 17/18h00. Je cherche à organiser mes journées pour réussir à tout faire. On pense toujours que les "artistes" sont bohèmes... Et bien, non.

doc lapone 16.jpg

Pour en savoir plus :

- le blog d'Antonio Lapone

- le site de l'éditeur

Pour découvrir des originaux d'Adam Clarks :

- le site de la Galerie Glénat

 

Illustrations copyright Lapone - Treize étrange