Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/07/2016

DISPARITION DE DIDIER SAVARD

C'est avec tristesse que nous apprenons la disparition, à 65 ans, de Didier Savard, auteur marquant de la ligne claire dans les années 1980 et 1990.

Comme bon nombre d'auteurs du renouveau klare lijn, Savard n'avait pourtant pas débuté avec ce style graphique. Dans les années 1970, il était plutôt marqué par l'approche underground et militante - on citera son Fabuleux destin d'Augusto Pinochet chez Jean-Jacques Pauvert - et oeuvrait surtout dans le dessin de presse.

Ce n'est qu'au début des années 1980 qu'il va s'orienter vers la ligne claire avec notamment sa série la plus célèbre, Dick Hérisson - clin d'œil au Harry Dickson de Jean Ray - qu'il anime en solo (11 albums publiés chez Dargaud) puis la série Léonid Beaudragon en collaboration avec Jean-Claude Forest (3 albums chez Bayard puis Alpen).

Son dessin d'abord très inspiré par celui de Floc'h pour les premières aventures de Dick Hérisson avait ensuite évolué vers plus de réalisme et de matière dans le trait, l'éloignant des stricts fondamentaux de la ligne claire. 

Planche L'ombre du torero.jpg

Planche extraite de L'ombre du Torero

Première aventure de Dick Hérisson

(Dargaud)

Depuis 2004, la maladie avait éloigné Didier Savard de sa table à dessin ne lui permettant pas de terminer le second volume de L'Araignée pourpre, dernière aventure de Dick Hérisson.

Il est toujours triste de mesurer l'importance d'un créateur au moment de sa disparition.

En écrivant ces quelques lignes, nous reviennent avant tout son goût pour les ambiances mystérieuses,  l'esprit feuilletonnesque de ces récits - il signera d'ailleurs dans les années 90 des feuilletons radiophoniques au long cours pour France Inter - mais aussi son attachement au pays d'Arles où se déroulent la plupart des aventures de Dick Hérisson.

Avec Savard, pour reprendre le qualificatif donné par Bruno Lecigne, c'est un digne héritier d'Hergé qui disparaît. 

Rappelons d'ailleurs qu'il fut l'auteur d'un bel hommage au créateur de Tintin dans une aventure parodique en 24 planches, Objectif Monde, publiée dans le quotidien Le Monde, en 1999, avec - excusez du peu - l'autorisation de la Fondation Hergé.

couverture objectif monde.jpg

Avec le regret de n'avoir pas eu l'occasion d'échanger avec lui sur la ligne claire.

Écrire un commentaire