Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/11/2011

LA QUESTION DU PERE

Dans le prolongement de notre dernière note évoquant Une vie exemplaire, le dernier ouvrage de Floc'h sur les relations père-fille, relevons qu'il n'est pas le seul auteur "ligne claire" à se pencher actuellement sur la question de la paternité. 

 

Papapas cover.jpeg

© Albin Michel Jeunesse

C'est aussi le cas de Dupuy-Berbérian qui illustrent Les Papapas, un récit écrit par Joseph Jacquet. Cet ouvrage jeunesse se penche sur la condition d’un « papapa » et nous dévoile son univers peuplé de « mamas », « papas », « pamamas », « bongas » et autres « pitis ». Quel est ce monde étrange me direz-vous ? il n’y a pas à chercher bien loin. C’est celui d’un homme devenu beau-père dans une famille recomposée. Joseph Jacquet nous y dévoile ses états d’âme, ses relations avec les « pitis », les enfants de sa compagne, ses rapports tendus avec leur « papa » et son envie de devenir lui-aussi un « papa ».

Un livre jeunesse servi par le trait plaisant de Dupuy-Berbérian qu’on a néanmoins connus plus inspirés par le passé.

 

Un plan sur la comète couverture.JPG

© Dargaud

Même si la paternité n’est pas le sujet central de la dernière « épatante aventure de Jules » signée Emile Bravo – rappelons au passage que La question du père était le titre du précédent volume publié en 2006 – elle y tient quand même une place importante. Ne serait-ce par l’attitude irresponsable du père de Jules devenu totalement téléphage – comme son épouse d’ailleurs… - ou bien par les envies de descendance d’un des personnages clefs de cette bande dessinée, le dénommé Pipard, entrepreneur et homme politique qui s’est mis en tête d’exploiter le pétrole du Pole Sud.

Le moins que l’on puisse est que ce récit de près de 80 planches est trépidant, mouvementé et virevoltant. Un peu trop peut-être. Imaginez ! On y retrouve Jules, sa famille, sa copine Janet, ses camarades de classe, toute une brochette d’extraterrestres, un politicien en croisière avec toute sa cour, un milliardaire russe et j’en passe dans une aventure nous transportant d’un quotidien banal à un univers de science-fiction en passant par une longue séquence maritime. De quoi donner le tournis. Comme à son habitude avec les aventures de Jules, sous le couvert d’un récit plein de fantaisie et de dérision, Emile Bravo s’amuse à réfléchir aux problèmes de notre société en jetant un regard critique et incisif sur le monde des adultes et ses dérives. Le sujet central est ici la préservation de la planète et les dérives politico-financières qui la menacent. Emile Bravo est vraiment un auteur qui aime mélanger les genres mais en l’espèce, peut-être est-il allé un peu trop loin, la fluidité du récit et son déroulement auraient peut-être gagné à moins de contenu.

Il n’empêche que c’est une bande dessinée nettement au-dessus du lot, par sa drôlerie, sa galerie de personnages et son dessin impeccable, à la fois simple et très expresif. L’amateur de ligne claire appréciera tout particulièrement de subtils clins d’œil à Hergé et tout particulièrement à Coke en Stock.

Les commentaires sont fermés.