Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/03/2011

HUBERT MOUNIER PAR CLEET BORIS

 

Cleet Boris Montage.JPG

Un disque, un artiste à double personnalité, une bande dessinée

 

Profitant d'un moment de répit dans son emploi du temps chargé du fait de la sortie concomitante de son nouveau disque La Maison de pain d'épice chez Naïve et de la bande dessinée éponyme sous-titrée Journal d'un album chez Dupuis, Hubert Mounier alias Cleet Boris nous a fait le plaisir de répondre à quelques questions sur ces dernières créations.

Complémentaire de l'entretien qu'il nous avait déjà accordé en 2007, ce nouvel échange centré bien évidemment sur la ligne claire - mais pas seulement - devrait vous donner l'envie de découvrir, si ce n'est déjà fait, les dernières oeuvres graphiques et musicales de l'artiste à la double identité, véritable Docteur Jekill et Mister Hide de la pop et de la klare lijn hexagonales !

Nous ne saurions que trop vous conseiller la lecture de ce Journal d'un album, véritable invitation personnelle dans l'intimité d'un artiste en pleine création.

Le dessinateur Cleet Boris nous y dévoile avec humour, émotion, sensibilité, sincérité et autodérision la nouvelle aventure de l'auteur-compositeur-interprète Hubert Mounier avec ses joies, ses peines, ses doutes, ses colères, ses passions...

Cette bande dessinée autobiographique servie par une belle ligne claire et de nombreux clins d'oeil à l'univers de la bande dessinée est bien évidemment à déguster avec sa bande son !

entrer des mots clefs

Extrait de La maison de pain d'épice

Klare Lijn International : Est-ce qu'on peut dire qu'avec ce Journal d'un disque vous êtes dans la droite ligne de vos planches de Super Héros et que sans cette dernière bande dessinée déjà autobiographique vous auriez refusé le projet proposé par José-Louis Bocquet ?

Hubert Mounier : En fait José-Louis m'a demandé de raconter la genèse de La maison de pain d'épice suite à la lecture de Super Héros qui était pourtant une BD confidentielle. 

w22-color-16-SEPTEMBRE-2008_D-copie.jpg

Extrait de La maison de pain d'épice

KLI : Comment s'organisait votre rythme de travail entre la composition, l'arrangement et l'interprétation de vos chansons et la réalisation de vos planches ? Est-ce que vous vous astreigniez à une forme de discipline avec des notes ou croquis quotidiens ? Ou bien cela était plus irrégulier ?

HM : Ce qui m'a aidé, c'est que je consignais déjà mes mésaventures par écrit, une vieille habitude qui s'est avérée bien utile pour ce projet. A part ça, tout s'est fait dans la plus parfaite anarchie créative, je passais d'une discipline à l'autre en fonction des besoins et de mon planning, et je ne me suis pas ennuyé une seconde.

color p5.JPG

Extrait de La maison de pain d'épice

KLI :  Votre style a toujours été changeant d'un livre à une autre. Ici, vous optez pour un trait épuré et une belle ligne claire. Pourquoi ce choix ? Quelles envies graphiques vous portaient au démarrage du projet ? Avez-vous eu l'intention de suivre d'autres pistes ? Votre participation aux Rencontres Chaland de Nérac en 2009, événement majeur de la ligne claire, a t-elle été un facteur de retour à ce style ? 

HM : J'avais prévu de dessiner cet album de façon ligne claire avant Nérac, mais y recroiser les maîtres du genre m'a aiguillonné sérieusement et mis face à mes responsabilités ! Ce choix m'est apparu comme une évidence pour ce livre, la ligne claire crée une unité de ton qui me permet de passer de la plus pure abstraction à un certain réalisme tout en gardant une cohérence visuelle.

color p11.JPG

Extrait de La maison de pain d'épice

KLI : Les choix de découpage, de pagination, de format, de mise en page... ont-ils été tranchés rapidement ou bien y a t-il eu tatonnement sur la manière de faire ? Des épisodes réalisés ont-ils été supprimés lors de la publication ? 

HM : J'ai réfléchi six mois avant de toucher un crayon, puis j'ai foncé, le format carré avec un gaufrier de quatre cases s'est imposé tout de suite. Je n'ai supprimé que quelques strips comiques qui nuisaient au final à la fluidité de lecture (les aventures de Cocktail et Buffet, interprétés par Gainsbourg et Jacques Villeret).  

calypso un mariage très discret.JPG

Hors-texte de La maison de pain d'épice

KLI : Quelle était votre documentation pour la réalisation de cet album et vos sources d'inspiration graphiques ? Croquis, photos, illustrations, autres bandes dessinées... ? Qu'est-ce que vous aviez sur votre table de travail ? Un exemplaire du Journal d'un album de Dupuy-Berbérian, des Spirou de Franquin, des Tintin... ? Est-ce que alliez jeter un oeil ici ou là pour trouver l'inspiration sur un cadrage ou une conception de case ?

HM : J'ai pris surtout des photos pendant les séances de studio, pour ne pas dessiner n'importe quoi. J'ai bien sûr relu avec plaisir Le journal d'un album de Dupuy et Berberian, et relu tous mes héros pour me remettre dans le bain, de Spirou à Théodore Poussin. J'ai aussi fait quelques clin d'oeil à Munch ou Valloton, car mon amour du dessin ne se cantonne pas à la BD.

color p8.JPG

Extrait de La maison de pain d'épice

KLI : Est-ce que vous avez soumis vos planches à des amis auteurs de bandes dessinées ? Je pense à Frank le Gall notamment ? Est-ce que vous êtes preneur d'avis extérieurs ?

HM : J'ai préféré me faire confiance et me débrouiller seul, même si mes amis dessinateurs étaient en pensée derrière mon dos en train de m'observer! 

KLI : Quel a été l'accompagnement du projet par José-Louis Bocquet ?

HM : José-Louis m'a laissé une totale liberté, et n'a fait que quelques remarques judicieuses après une première lecture. Il faut dire que je lui envoyais les pages dans le désordre, j'étais le seul à savoir à peu près où je voulais aller, et encore... (rires!) 

color p9.JPG

Extrait de La Maison de pain d'épice

KLI : Cette bande dessinée confirme un talent de caricaturiste. Quelle est votre méthode ? C'est instinctif ou bien plus laborieux ? Se croquer soi-même, est-ce que c'est le plus facile ou le plus compliqué ? Proposer un journal, c'est déjà faire rentrer le visiteur inconnu dans son intimité. Se représenter, n'est-ce pas aller encore plus loin dans le dénuement ? 

HM : La ligne claire me rajeunit je trouve, et ça c'est chouette, et je me  suis en fait toujours dessiné dans mes différentes BD. Le plus ardu est de dessiner certains amis, ça s'est avéré parfois laborieux, d'autres fois, le crayon saisissait tout de suite le personnage. Quant à l'intimité, je l'ai pris comme une chance de pouvoir me montrer de façon authentique.

color p2.JPG

Extrait de La maison de pain d'épice

KLI : Le dessin de La maison de pain d'épice a-t'il influé sur la composition du disque lui-même ou bien intervenant postérieurement aux événements, il n'avait pas de prise sur votre projet musical ? En clair, votre disque aurait-il été le même s'il n'y avait pas eu cette bande dessinée créée en parallèle

HM : La BD a influé un peu sur le disque, notamment les pages de couleurs qui se retrouvent dans le livret ou la typo des couvertures. J'ai travaillé le graphisme de la BD et du CD avec l'excellent Philippe Ghielmetti. La couverture du livre est directement inspirée par la photo du disque prise par Gaëlle, ma femme.

akim 120 cerveau.JPG

Hors-texte de La maison de pain d'épice

KLI : Pourquoi diable le disque n'a t-il pas été proposé directement avec la bande dessinée ? C'est un peu dommage d'être passé à côté. On peut penser que tout lecteur normalement constitué de votre bande dessinée sera tenté d'écouter votre album. Inversement, en sera-t'il de même pour votre public musical ? Cela me semble moins évident.

HM : J'avoue que nous avons tenté de regrouper les deux objets, mais dès qu'on me parle de TVA et autres écueils réalistes, je ne maîtrise plus les données et je tenais surtout à ce que le public ne se voit pas imposé d'emblée l'achat des deux. Ce sont deux publics distincts. Libres à ceux que ça intéresse d'acheter le disque si la lecture du livre les y a incité.

Cleet Boris Expo Lyon.JPG

L'exposition lyonnaise de Cleet Boris

chez A. del Gallery

KLI : Vous exposez actuellement à Lyon ? Cette exposition sera t-elle rétrospective ou bien limitée à votre dernière bande dessinée ? Quel effet cela procure de voir ses planches et dessins sur les murs d'une galerie ? Un plaisir j'imagine différent de celui de s'exposer dans le cadre d'un concert ?

HM : C'est ma première expo, et elle entièrement consacrée à La maison de pain d'épice, on y verra les planches originales et des agrandissements en couleurs des couvertures de BD des années 60 que je pastiche dans l'album. "Quand on expose on s'expose" disait Cocteau je crois, mais il n'avait jamais donné de concert, car, là on s'expose vraiment !

atome kid justine.JPG

Hors-texte de La maison de pain d'épice

KLI : Etes-vous un amateur et collectionneur d'originaux de bande dessinée ? Si oui, qu'est-ce que cela vous apporte ? 

HM : J'adore m'offrir des originaux, c'est toujours très instructif et surtout hautement sentimental. Les derniers sont des dessins de Alex Toth, Jesse Marsh, Jijé, ou Maxime Roubinet, c'est très varié!

KLI : Outre la promotion de votre disque et de votre bande dessinée et votre expo lyonnaise, quels sont vos projets pour les prochains mois ? Concerts, tournée, dédicaces, farniente at home ou voyages lointains ?

HM : Je vais donner des concerts jusqu'à la fin de l'année, on commence au printemps, je fais aussi quelques dédicaces, les voyages lointains ce sera pour plus tard... 

entrer des mots clefs

Quand Cleet fait la promo d'Hubert !

Liens :

- le site de A. del Gallery

- le myspace consacré à Hubert Mounier

- le site des éditions Dupuis

- A voir : Cleet Boris dans l'émission Un monde de bulles

- A écouter : Cleet Boris dans l'émission A plus d'un titre

Illustrations copyright Hubert Mounier - Cleet Boris & Dupuis.

21:06 Publié dans Boris C. | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Toujours aussi bien renseigné le Klarelijn ! Bravo !

Écrit par : Geert | 26/03/2011

Les commentaires sont fermés.