Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/01/2009

ENTRETIEN AVEC REINHART CROON

Klare Lijn International est heureux de vous proposer un entretien avec Reinhart CROON, alias REINHART, le plus ligne claire des nouveaux dessinateurs flamands qui sont mis à l’honneur dans le cadre de l’exposition Ceci n’est pas de la BD flamande du Festival d’Angoulême 2009. Bien qu’il compte déjà deux albums publiés par les éditions Bries, l’un en flamand, l’autre en flamand et anglais, cet adepte de la klare lijn est totalement méconnu en terre francophone. Nous vous invitons à faire sa connaissance.

BRIES-recto.gif



Klare Lijn International : Le public francophone ne vous connaissant pas, je vous propose de nous présenter votre parcours personnel et vos bandes dessinées publiées à ce jour.

Reinhart CROON : Je suis né en 1971 à Leuven, près de Bruxelles. Personne dans ma famille n’était porté sur les activités artistiques contrairement à la plupart de mes collègues illustrateurs qui semblent tous avoir été élevés par une mère chanteuse d’opéra ou un père sculpteur ou tout du mois moins journaliste dans le monde de l'art. Néanmoins, j'ai commencé à créer des bandes dessinées, avant même de pouvoir écrire, de sorte que le dessin est une chose naturelle pour moi. Je l’ai pratiqué toute ma vie. J’étais un bon élève mais je m’ennuyais terriblement en cours de sciences et de mathématiques. Aussi, à l’âge du 18 ans, je me suis inscrit à Saint-Luc, l'école d'art bruxelloise. J'ai enfin pu dessiner toute la journée !
Après ma formation artistique, j'ai commencé à travailler pour un journal comme graphiste. J’étais chargé de travaux infographiques comportant la plupart du temps des illustrations. J'ai également dessiné quelques strips et cartoons pour ce journal. J'ai mis un terme à cette collaboration après sept années pour travailler pour un tout nouveau magazine. Ce dernier s'est arrêté moins d'un an après, m’envoyant d’un seul coup au chômage. Un grand choc. Pour vivre, j'ai décidé de réaliser des illustrations comme pigiste. C’était un pari mais je n'avais rien à perdre. C'était il y a six ans et j’ai été très occupé depuis.

C’est pendant mon temps libre que j'ai créé mes deux bandes dessinées.

albumscroonjust1uk.jpg


The Butterfly Net - Couverture

Le premier volume de Just intitulé The Butterfly Net est tout à fait classique : format normal, 46 pages, histoire d'aventure ... Ce qui fait la spécificité de cette bande dessinée, c'est la façon dont elle est dessinée. Ce n’est pas un style de dessin auquel vous pouvez vous attendre pour un tel récit.

Planche 1 Just.jpg


The Butterfly Net - Planche

Mon autre bande dessinée Hunker Bunker - que je traduirais en français par L'abri en rose - est une bande dessinée d’humour.

Couverture Hunker Bunker bleue.png


Hunker Bunker - Couverture

Ce sont des strips mettant en scène une famille qui vit dans un blockhaus rose. Par opposition à Just, Hunker Bunker est très animée et colorée avec un style de dessin un peu plus "détendu".

Reinhart_03 F.jpg


Hunker Bunker - un strip traduit spécialement en français !

KLI : Vous venez à Angoulême avec quelques strips de Hunker Bunker en français. Est-ce qu'il y a une chance de voir cette bande dessinée publiée en France prochainement ? Et Just ?

RC : Jusqu'à présent, j'ai été un très mauvais vendeur. Je dois avouer que je n'ai pas aussi fait beaucoup d'efforts pour trouver un éditeur étranger. Il en est de même pour mon éditeur flamand qui n'est pas, pour autant que je sache, en recherche active d'éditions étrangères. Peut-être que les éditeurs étrangers vont mieux me connaître grâce à l’exposition consacrée à la bande dessinée flamande qu’organise le Festival d’Angoulême et à laquelle je participe. Je l'espère bien. Les connaisseurs me disent que mon style est très "français", donc, qui sait ?

KLI : Est-ce que la ligne claire reste un style très pratiqué chez les nouveaux dessinateurs de la BD flamande ?

RC : Je fais partie de ceux qui admirent l'ancienne génération (Ever MEULEN, Joost SWARTE, Julian KEY…) mais nous ne sommes pas nombreux. La majorité préfère aller dans des directions opposées. Je pense que c'est surtout une question de tempérament. Je suppose que les amateurs de ligne claire, comme moi, aiment travailler dans un bureau bien rangé, tandis que d'autres vont mieux fonctionner dans le désordre d’un atelier qui n'a pas été nettoyé depuis cinq ans. Je suis nerveux lorsque je suis entouré
par le chaos alors que certains artistes en ont besoin pour créer, et cela se reflète dans leur travail.

Burberi blue.gif


Burberi Blue - bd en clin d'oeil à JACOBS

KLI : Au regard de vos créations, on vous sent vraiment très proche de dessinateurs comme SWARTE, MEULEN , AVRIL, TORRES, SETH... Vous considérez-vous comme un membre de cette famille graphique ?

RC : Je suis très attaché à tous les gens que vous citez. Curieusement, cela a commencé pour moi avec l'artiste espagnol Javier MARISCAL, surtout connu pour ses créations pour les Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone. Je suis tombé amoureux de son style si ludique, direct et optimiste. Je ne peux pas dessiner aussi librement. Je suppose que mon sang d’homme du nord est trop froid pour ça. Mais je suis un grand admirateur. J'ai visité son célèbre Estudio MARISCAL, en 1998. Alors que j’étais venu sans prévenir, une assistante m'a fait découvrir le studio de création graphique, le studio de design industriel (ils travaillaient sur un scooter et une brosse à WC), le studio d'animation, les archives (avec tous les meubles conçus par MARISCAL et ses célèbres peintures sur verre). Enfin, j’ai été autorisé à rencontrer le Maître en personne. Bien qu'il ne parle pas vraiment l'anglais ou le français, et que je ne parle pas l’espagnol, c’était vraiment très agréable. Il venait juste de recevoir un colis de Joost SWARTE ce jour-là. Il contenait un disque compact conçu par ce dernier. Le CD est allé directement dans le lecteur et l'ensemble du studio graphique a commencé à danser et à regarder le travail de Joost !

atomium-01.gif


De 9 Kristallen Bollen - bd atomiumesque

KLI : Quels sont vos rapports avec les Maîtres de la ligne claire (HERGE, JACOBS, VANDERSTEEN...) et leurs descendants (SWARTE, CHALAND, CLERC, FLOC'H, PETIT-ROULET, MAX...) ?

RC : Ils me sont tous très chers. À mes yeux, il y a la bonne humeur du Sud de MARISCAL, l'encrage dans les terres du Nord de MEULEN et SWARTE et un splendide mélange des deux, en plein milieu, en France avec CHALAND, AVRIL et tous les autres. PETIT-ROULET pourrait être la meilleure illustration de ma petite théorie.

KLI : Quelle est votre définition de la ligne claire ?

RC : Je pense que la ligne claire est une approche permettant de rendre les choses plus lisibles et plus élégantes. C’est la recherche d’un regard simplifié sur les choses qui nous entourent. Mais avant de simplifier un sujet, vous devez le comprendre totalement. L’exercice n'est donc pas aussi facile qu'il y paraît. Je dirais même plus : si cela semble dessiné simplement, vous pouvez être assuré que vous avez fait un excellent travail. J’aime cette pratique du dessin parce qu’elle me fait sentir et comprendre l’essence du sujet. L'essence d'une personne par exemple, ce ne sont les ongles de ses orteils. Donc, je ne les dessine pas.

Planche Butterfly net.gif


The Butterfly Net - Planche

KLI : Pensez-vous que la ligne claire peut être utilisée pour n'importe quel type de récit ?

RC : Je ne vois pas pourquoi ma façon de dessiner ne pourrait pas être utilisée pour toutes sortes de récits. Mais je constate que certaines personnes sont mal à l'aise avec mon style. Je pense que c'est une question d’habitude. Mais les mauvaises habitudes sont faites pour être brisées.

KLI : Pourquoi avoir fait le choix de la ligne claire ? Est-ce que vous avez été tenté par d'autres styles graphiques ?

RC : Je n'ai pas dessiné un "vrai" nez depuis l’âge de douze ans. A l’exception des dessins anatomiques que je réalisais chaque semaine à l'école d'art. Cela a été amusant mais aussi important pour comprendre le corps humain. J’étais d’ailleurs assez bon dans l’exercice. Disons que j'ai eu envie de jouer Dieu moi-même au lieu de faire l’éloge du monde tel qu’Il l’a créé. C'est exactement ce qui rend le dessin tellement agréable : être capable de créer son propre monde juste avec un crayon et un morceau de papier ! Parce que je ne suis qu'un homme, je cherche à simplifier le monde complexe que Dieu a créé. Une fois que vous commencez à chercher des simplifications, la ligne claire est le meilleur instrument.

Reinhart_04 F.jpg


Hunker Bunker - un strip traduit spécialement en français !

KLI : S'il reste toujours ligne claire, votre dessin varie fortement d'une série à une autre. Plus classique pour Just - avec certains côtés qui me font penser au dessin de Hanco KOLK - et beaucoup plus original et personnel pour Hunker Bunker. Comment expliquez-vous cela ?

RC : Je pense que le style d’Hunker Bunker est en partie le résultat de mon évolution personnelle en tant que dessinateur mais aussi d'un ajustement lié à la différence de sujet. Je remarque d'ailleurs que le public préfère ce style à celui de Just. Beaucoup de gens, comme vous, relient mon graphisme à celui du grand Hanco KOLK. Je trouve cela un peu surprenant. Il me semble que les dessins d’Hanco sont plus luxuriants avec de longues courbes et de nombreux détails. Just est moins « arty » avec beaucoup plus d’utilisation du noir et plus classique du moins à que ce que je pense. Mais c'est un grand compliment de toute façon.

illu-26.gif


Illustration

KLI : Je remarque que vos créations d'illustrateur sont toutes ligne claire également. Parce que c'est le style le plus adapté pour ce type de travail ?

RC : C’est certain. Une illustration, une affiche, c’est en premier lieu une volonté de communiquer un sentiment, une opinion,... vers le spectateur. La ligne claire consiste à épurer l’image pour la conduire à l’essentiel. Automatiquement la communication en devient plus directe.

KLI : Est-ce que vous placez la bande dessinée avant l'illustration ou bien l'inverse ?

RC : J'ai une préférence pour la BD car tout est là : l’écriture, les dialogues, la composition, le rythme, le découpage, la mise en scène, le dessin, le lettrage, l'encrage, la mise en couleurs... Tout y est. C’est déjà si complexe de le faire juste bien ! Je pense que j’ai encore beaucoup de progrès à accomplir. C’est ce qui rend la bande dessinée si attrayante pour moi. J'aime aussi l’illustration, bien sûr, mais le plus souvent, vous n'avez pas le choix de ce que vous pouvez dessiner parce que vous travaillez pour un magazine, un but éducatif ou commercial. Et parfois bien évidemment vous êtes conduit à faire des concessions.

Pub de tover berg.gif


Design graphique signé REYNHART

KLI : Dans vos bandes dessinées, comment arbitrez-vous entre le souci du beau dessin et la nécessité de la narration ? Est-ce que l'illustrateur doit parfois revoir ses ambitions graphiques pour servir la fluidité du récit ?

RC : Très franchement, l'esthétique est la plus importante pour moi en toute circonstance. C’est juste ma façon d’être. Je ne peux pas acheter une bande dessinée qui ne soit pas bien dessinée même si l'histoire est réussie. Je ne veux surtout pas sous-estimer l'importance d'une bonne histoire ou de la narration en bande dessinée. C’est capital. Mais, d’un autre côté, je ne parviens pas à comprendre comment les gens peuvent tolérer aussi facilement des bandes dessinées mal dessinées même si l’histoire est bonne.

KLI : Parmi les dessinateurs contemporains, quels sont ceux que vous appréciez tout particulièrement ? Pour quelles raisons ?

RC : J’aime beaucoup les créations d’Ulf K, leur côté à la fois très noir et très frais. J’aime son mélange de dessin naïf et d’histoires sombres autour de la mort. C’est ce que j’essaye de créer dans Just. Je le ferai d’ailleurs encore plus dans le deuxième volume. J'admire beaucoup SETH. Il a un fantastique coup de pinceau, pas aussi net que celui de Charles BURNS, mais toujours très beau. J'ai acheté Wimbledon Green récemment en raison de sa belle couverture et j'ai été surpris par l'histoire. Vraiment très drôle. J’apprécie Peter de WIT, l'auteur de la fabuleuse série Sigmund, très populaire en Hollande. C’est l'une de mes bandes dessinées préférées. C’est très bien écrit et dessiné. Cela me rappelle toujours Littl 'King du grand Otto SOGLOW, un classique un peu oublié des bandes dessinées américaines. En France, j’aime le travail de nombreux auteurs mais par-dessus tout ceux CHALAND, STANISLAS et évidemment AVRIL. D’ailleurs, pour l’anecdote, François AVRIL est né, jour pour jour, dix ans avant moi. Je trouve cela amusant. Bien sûr, le plus talentueux de tous reste pour moi Ever MEULEN. Bien qu'il ne dessine pas de bande dessinée, il a un style très BD. Je me sens toujours très mal à l’aise lorsque que je visite ses expositions. En effet, chaque fois, je mesure que je n’atteindrai probablement jamais ce niveau d’excellence. Très frustrant.

Provence 2008.gif


Illustration

KLI : Quelles sont vos créations en cours ou en projet ?

RC : J'ai écrit le second volume de Just qui devrait être meilleur que le scénario du premier. L'album devrait être prêt à l'automne 2010. Le deuxième volume de Hunker Bunker devrait voir le jour au printemps 2010. Je mets en ligne, chaque lundi, une nouvelle bande d’Hunker Bunker sur mon site internet.

Reinhart_02 F.jpg


Hunker Bunker - un strip traduit spécialement en français !

Sites à visiter pour prolonger la découverte des créations de Reynhart CROON :

- http://www.reynhart.be

- http://www.comichouse.nl/ne/illustration/2d/reinhart

- http://www.bries.be/artistscroon.html

Illustrations coypright Reinhart CROON

22:41 Publié dans Reinhart | Lien permanent | Commentaires (3)

27/01/2009

BESTEN WENSEN

C'est avec grand plaisir que je vous renouvelle mes meilleurs voeux de bonne et heureuse année avec ma carte Klare Lijn 2009 signée Erik de GRAAF. Je vous laisse apprécier cette composition particulièrement inspirée du dessinateur et graphiste néerlandais.

Klare Lijn Voeux 2009.JPG


Erik de GRAAF y évoque en quelques traits les interrogations que nous pouvons tous avoir sur l'évolution de la situation économique et sociale. Plus explicite que les commentaires de nos analystes conjoncturels, son illustration démontre s'il en était encore besoin qu'un dessin ligne claire vaut mieux qu'un long discours !

En ces temps d'incertitudes sur l'avenir, une chose est certaine : la Klare Lijn n'a pas de soucis à se faire avec les nombreux artistes de talent qui servent sa belle cause.

Pour en savoir plus sur Erik de GRAAF :

- l'entretien qu'il nous a accordé, l'an passé, sur ces pages;

- son blog : www.erikdegraafcomics.blogspot.com

21:29 Publié dans De Graaf | Lien permanent | Commentaires (1)

26/01/2009

BIENTOT A L'AFFICHE

Le site du CRAYON nous dévoile un beau projet collectif à tendance cinéphilique :

les-films-du-crayon.jpg

Bande annonce de cette production Bdartist(e)/Alain Beaulet/Le Crayon :

18 dessinateurs tous membres du Crayon ont réuni leurs talents autour d’un même exercice de style : « faire naître de la juxtaposition d’un titre sur une image, l’idée d’un film, d’une histoire ». 17 fausses affiches de films sont ainsi nées qui, du drame psychologique à la comédie musicale en passant par le film X, visitent tous les genres du 7e Art pour cette programmation imaginaire et inédite. Avec la participation de François Avril, Charles Berberian, Ted Benoit, Cyril Cabry, Dominique Corbasson, Serge Clerc, Jean-Claude Denis, Philippe Dupuy, André Juillard, Jean-Claude Götting, Miles Hyman, Emmanuel Kerner, Lionel Koechlin, Philippe Lardy, Jacques de Loustal, Lorenzo Mattotti, Madeleine de Mille, Emmanuel Pierre.

Sortie annoncée en mars 2009. La place vous en coûtera 18 euros. 100 exemplaires signés par les auteurs seront également disponibles (prix de la place VIP non définie à ce jour).

04/01/2009

L'AN NEUF DE LA LIGNE CLAIRE

Sans attendre la mise en ligne de ma carte de voeux pour 2009 en cours de finalisation au Pays-Bas, je vous souhaite à toutes et tous une belle année, claire sur toute la ligne, avec la complicité helvétique du talentueux EXEM.

Il s'agit des couvertures des éditions cartonnées de deux albums à paraître suite à une récente performance de l'artiste à la Pinacothèque de Genève que vous pouvez retrouver dans le détail (vidéos, croquis, strips) sur le site www.exem.ch .

Voeux interdits.JPG

 

L'OMBRE DE LA LIGNE CLAIRE.JPG


Illustrations © Exem

Au-delà de ces belles publications suisses et de bien d'autres à venir que nous manquerons pas d'évoquer sur ces pages au fil des prochains mois, plusieurs éléments rassemblés ici et là me font dire qu'en 2009, notre très chère klare lijn ne connaîtra pas la crise.

Il n'y a qu'à voir l'impressionnant programme d'expositions qui nous attend.

Angoulême ouvrira le bal avec l'exposition consacrée à DUPUY & BERBERIAN, du 29 janvier à la fin août 2009, à la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image. Cette grande rétrospective des 25 ans de carrière des deux dessinateurs, graphistes et illustrateurs sera également l'occasion d'un hommage de ces derniers aux artistes de bande dessinée qu'ils admirent. On ne s'étonnera donc pas d'y retrouver plusieurs figures marquantes de la ligne claire. A voir absolument. Pour plus d'infos : www.bdangouleme.com

Affiche DUPUY BERBERIAN FIBD 2009.jpg


L'affiche du 36e FIBD © Dupuy & Berberian / 9e ART+

Quinze jours plus tard, le Musée d'Art Contemporain de Lyon mettra en valeur l'oeuvre de Joost SWARTE et Chris WARE dans le cadre d'une exposition intiulée Quintet car consacrée également à trois autres auteurs (Stéphane BLANQUET, Francis MASSE et Gilbert SHELTON). Elle se tiendra du 13 février au 19 avril 2009. Un vernissage est prévu le 12 février à 19H00 en présence des artistes. L'affiche de SWARTE est magnifique. L'artiste néerlandais y exposera une rétrospective de l’ensemble de son oeuvre graphique. Quant à Chris WARE, il présentera 50 dessins originaux représentatifs de ses séries cultes. Pour plus d'infos : www.mac-lyon.com

SWARTE Quintetcouverture.jpg


L'affiche de l'expo Quintet © Swarte et mac-lyon

En Belgique, plusieurs temps forts marqueront l'année de la BD.

Le 22 mai, le Musée HERGE sera inauguré à Louvain-la-Neuve en Wallonie. L'ouvrage conçu par l'architecte français Christian de PORTZAMPARC abritera plusieurs salles d'exposition pour la présentation d'une collection permamente des créations de HERGE et d'expositions temporaires autour de son oeuvre. La scénographie du musée ayant été confiée à un trio de choc composé de Joost SWARTE - tiens, encore lui ! -Thierry GROENSTEEN et Philippe GODDIN, la qualité sera indéniablement au rendez-vous. Pour plus d'infos : www.tintin.com

herge museum.jpg


Maquette du Musée Hergé © Atelier de Portzamparc

Dans le même temps, dans le cadre de son année BD 2009, La Ville de Bruxelles accueillera plusieurs expositions en lien direct avec la ligne claire et le style atome :
- une expo François AVRIL à Bruxelles sera organisée chez Brüsel du 8 mai au 7 juin
- une exposition sur L´épopée bruxelloise de Willy VANDERSTEEN prendra place dans le cadre prestigieux de l’Hôtel de Ville de Bruxelles du 24 juin au 27 septembre pour présenter la période la plus ligne claire du créateur de Bob et Bobette, celle qui le vit rejoindre les Editions du Lombard /
- une Rétrospective VANDERSTEEN sera également proposée du 16 juin au 15 novembre à la Maison de la bande dessinée de Bruxelles.
- L'Atomium abritera deux expositions en son sein du 4 juin au 20 septembre : l'une d'elle sera consacrée bien évidement au fameux Style Atome théorisé par Joost SWARTE - tiens, tiens, encore lui - et l'autre aux compositions créées par 14 artistes pour les 50 ans de l'édifice bruxellois, à l'initiative de Champaka.

Pour plus d'infos sur ces évènements incontournables de Bruxelles BD 2009 et les nombreux autres qui n'ont pas été repris ici : www.bruxellesbd.com

BRUXELLES BD.JPG



Et dire que ce recensement n'a rien d'exhaustif !