Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/02/2006

ENTRETIEN AVEC STANISLAS

A l'occasion d'un échange sur le film d'animation LA CHUTE DE L'ANGE (déjà évoqué sur ce blog), STANISLAS a très aimablement répondu à quelques interrogations sur ses travaux en cours, ses projets mais aussi sur sa perception de la ligne claire et l'inscription de son oeuvre dans ce courant graphique.



Klare Lijn International : Serait-il possible d'en savoir plus sur le film LA CHUTE DE L'ANGE ?
Stanislas : A l'origine, il y a eu une commande de MIKROS IMAGE. Ils voulaient un "story-board" dans l'esprit du GALERIEN, album qu'ils appréciaient particulièrement . Je m'exécute avec plaisir, et supervise un peu le travail de G. BARBET MASSIN. Puis trouvant la petite histoire assez chouette, je décide d'en faire une bande dessinée. Elle vient de sortir à L'ASSOCIATION dans la collection Patte de mouche. Pour conclure en beauté, on envisage à L'ASSOCIATION de sortir une édition de LA CHUTE DE L'ANGE réunissant le "story-board", la patte de mouche et le DVD du film. Le tout joliment maquetté bien sur.

KLI : L'an passé, l'ASSOCIATION a publié ARCHIVES STANISLAS, un ouvrage de poids consacré à votre oeuvre.

S : C'est le premier numéro d'une nouvelle collection de l'ASSOCIATION. C'est un bel album de 300 pages réunissant tous mes travaux de bande dessinée inédits depuis plus de vingt ans ainsi que les rééditions de LA GRANDE COURSE, LE PIGEON, 17 RUE TABAGA et IVAN, PRINCE DES ETOILES, le tout accompagné d'un entretien avec Jean-Christophe MENU.

KLI : Un récent article de Eric LORET dans Libération pointait du doigt votre atypisme parmi les fondateurs de l'Association et vous présentait comme "le plus apparemment sage des dessinateurs alternatifs". Qu'est-ce que vous en pensez ? Est-ce que ligne claire et l'association font bon ménage ?

S : C'est vrai que L'ASSOCIATION est clairement plus "intélo-grunge" que "ligne claire" mais je ne veux pas être prisonnier dans un style ni dans un genre. L'ASSOCIATION, c'est pour moi un vent frais. A L'ASSOCIATION, je peux parfois passer pour du "poil à grater réac" mais cette belle maison n'est intolérante qu'avec la médiocrité et la bêtise. Mes six albums de L'ASSOCIATION bousculent heureusement ma bibliographie.

KLI : Est-ce que vous avez le sentiment de vous inscrire quelque part dans la continuité de créateurs comme SWARTE, CHALAND, CLERC, PETIT-ROULET... ? Qu'est-ce qui vous rattache à cette famille ? Qu'est-ce qui vous en différencie ?

S : Je suis arrivé après eux sur le marché. Je n'ai pas pu bénéficier de l'aide des prépublications tel que Métal hurlant ou(A suivre), très utiles pour lancer un auteur ou un personnage (Victor Levallois en est mort). J'aime beaucoup leur travail, surtout l'oeuvre de CHALAND, mais pas exclusivement. J'admire tout autant et en vrac des auteurs comme FOREST, JIJE, Chris WARE, TARDI, MOEBIUS, LELOUP, SEMPE, WASTERLAIN, FLOC'H et quelques autres. Mes véritables influences, même si je me nourris de bien d'autres apports, restent évidemment HERGE, JACOBS et SAINT-OGAN.

KLI : A l'inverse d'auteurs comme DUPUY-BERBERIAN qui situent leur création dans l'époque actuelle, vous semblez, Comme SETH ou CHALAND, nostalgique d'un passé révolu situé dans l'après-guerre. Est-ce que ce sont avant tout des critères d'ordre esthétiques qui vous poussent à situer vos récits dans cette période ( vétements, voitures, avion, commerces,...) ou bien faut-il y percevoir une forme d'"idéologie" un peu "réactionnaire".

S : Vaste question. Je me la pose souvent moi-même. Est ce qu'hier était mieux qu'aujourd'hui ? Je n'aime pas cette idée frileuse, elle sent la peur. Alors quoi ? C'est vrai que les affiches publicitaires étaient bien plus belles avant guerre qu'aujourd'hui (la victoire des congés payés, je m'en fiche). Dans les années 60, j'ai connu en Bretagne, une presqu'île de Rhuys paradisiaque, aujourd'hui saccagée par le tourisme de masse (bravo les congés payés ! ). DE GAULLE me semblait plus efficace que les guignols actuels (La France est-elle fichue ?). Il y a aussi de belle choses aujourd'hui. J'aime beaucoup, par exemple, l'art contemporain, le travail de certains grands couturiers et quelques belles réalisations architecturales. Réaliser une bande dessinée dans le monde actuel ? Je ne serais pas contre du tout . Je pourrais même dessiner ces hideux 4x4 et autres téléphones portables.

KLI : Vous avez dessiné LES AVENTURES D'HERGE. Quel regard portez vous sur la ligne claire dont il est le grand promoteur : est-ce uniquement un trait ? également un état d'esprit ? une certaine culture de l'élégance et de la subversion ?...

S : Holala ! Que de questions compliquées ! Et TINTIN dans tout ça ? Hé bien, je ne m'en lasse pas ! Après tout ce que j'ai pu ingurgiter comme lecture de toute sorte, le travail d' HERGE m'épate toujours autant. Dans notre monde de vulgarité et de médiocrité, le fait même que cette oeuvre existe me rassure et me soutient.

KLI : Certains dessinateurs contactés dans le cadre de mon blog m'ont souhaité bonne chance "en espérant qu'il y ait encore suffisamment d'amateurs pour la ligne claire". J'imagine que cette remarque doit évidemment toucher directement le créateur que vous êtes, convaincu de l'efficacité de son trait pour mener à bien ses projets. Est-ce que la bande dessinée ligne claire a encore un avenir ?

S : J'ai en mémoire un petit journaliste idiot - dont je ne me souviens plus du nom - qui avait eu le culot de me dire qu'il avait beaucoup aimé la "ligne claire" jusqu'à ce qu'il découvre Bilal et Mattoti. Moi c'est le contraire. Qu'importe que mon travail soit à la mode ou non, l'important c'est l'honnêteté de l'intention. Je ne cherche pas à être à la mode. Je fait mon travail honnêtement et c'est tout .

KLI : Comme lecteur de bande dessinée, quel est votre dernier coup de coeur ligne claire ? Si vous ne deviez garder qu'un seul ouvrage ligne claire, quel serait-il et pourquoi ?

S : Comme lecteur, mes derniers coups de coeurs sont rares et pas "ligne claire". J'ai découvert avec plaisir les travaux de GIPI (LE LOCAL) et de Marguerite ABOUET & Clément OUBRERIE (AYA), tous deux chez GALLIMARD. Garder un seul TINTIN ? Impossible!

KLI : Sur quelle bande dessinée travaillez vous actuellement ?

S : Je dessine "LE GRAND ANIMATEUR", mon "DONJON" scénarisé par Lewis TRONDHEIM et Joan SFAR . Chevaliers en armures, dinosaures, canards, automates, massacres et humour garantis !

KLI : Vos prochaines parutions ?

S : Un roman pour enfants illustré de 60 dessins en couleur JE SUIS UN HEROS de Marie-Aude MURAIL paraîtra à la fin du mois, chez BAYARD-JEUNESSE. Il y a aussi L'ABECEDAIRE ILLUSTRE DE STANISLAS (48 pages d'illustrations ) dont la sortie a pris du retard.

KLI : Vos projets:

S : J'ai sur le feu une réédition repensée, completée, et largement redessinée du TOUTINOX de P.M.J. sous le titre OBJETS DU XX ème SIECLE à L'ASSOCIATION. Il s'agit dans cette réédition de raconter l'objet façonné par sa fonction. Des objets mythiques tel que la 2 CV Citroën, le bathyscaphe de Piccard, le Concorde, l'Etoile-filante de Renault, etc... qui ont marqué leur siècle et qui n'ont pas été remplacés. Aujourd'hui, le Zeppelin ou le vaisseau lunaire Apollo, c'est de la "rétro-science-fiction". Toutes ces vieilles machines me fascinent et méritent que je leur consacre un beau livre. Concernant le tome 5 de Victor LEVALLOIS intitulé "LA CROISIERE DU PANAME", il reste en suspens.

Pour en savoir plus sur STANISLAS, des extraits de l'entretien qu'il avait accordé à PLG en 1998 sont consultables sur le site internet :
www.plg.ifrance.com

Commentaires

Si il reste des amateurs de la ligne claire, et merci beaucoup pour cette interview organisée avec Stanislas.

Écrit par : alban | 13/03/2006

Les commentaires sont fermés.