Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/07/2015

LE CORBUSIER ET LA LIGNE CLAIRE / EPISODE 4 : JEAN-PIERRE LYONNET

Le quatrième volet de notre saga estivale autour de Le Corbusier et la ligne claire nous donne l'occasion d'évoquer les créations de Jean-Pierre Lyonnet, un artiste ligne claire que nous apprécions énormément même s'il n'oeuvre pas en bande dessinée.

Le Corbusier Lyonnet.jpg

Illustration de 2012 célébrant les 60 ans de la Cité Radieuse de Le Corbusier et d'Objectif Lune d'Hergé (à l'occasion des 60 ans de Jean-Pierre Lyonnet)

Jean-Pierre Lyonnet est passionné par l'architecture du début du siècle dernier, son histoire, son esthétique moderne. Depuis plus de quarante ans, il fait partager cette passion en usant d'un pinceau et/ou d'un stylo, passant toujours avec bonheur de l'écrit à l'illustration ou mélant les deux disciplines. Il a notamment écrit des livres de référence pour les amateurs d'architecture sur Hector Guimard et Robert Mallet-Stevens.

Lyonnet L'enfer est dans le sac.jpg

Nous l'avons découvert, sur le tard, avec un bel ouvrage de format carré 31x31 cm, avec fenêtre découpée et 45 tours inclus , L'enfer est dans le sac, aux éditions Crapule (dans la même collection que la première édition de C'était dans le journal de Ted Benoît). A l'époque, on le sentait proche de basculer dans la bande dessinée ligne claire.  Tel ne sera finalement pas le cas, l'artiste préférant se recentrer sur l'illustration d'architecture.

Lyonnet sérigraphie.jpg

Nous avons donc suivi avec intérêt ses créations graphiques, notamment ses belles sérigraphies sur l'architecture du début du siècle dernier.

Lyonnet Villas Modernes.jpg

En 1997, son ouvrage Villas modernes, Banlieue Ouest, 1900-1939 co-signé avec Christine Desmoulin aux éditions Alternatives, nous avait fortement impressionné. Il donnait à voir des restitutions très ligne claire, dans leur état d'origine, de villas, résidences, hôtels particuliers construits en banlieue parisienne, à l'aube du XXe siècle, par des architectes d'avant-garde en rupture avec l'académisme ambiant et épris de modernité.

Lyonnet Villa Moderne.jpg

Parmi la soixantaine de maisons modernes que fait revivre le trait brillant de Jean-Pierre Lyonnet, on croise des créations d'architectes plus ou moins connus dont, pour les plus célèbres, de grands noms tels Guimard, Perret, Mallet-Stevens ou bien évidemment Le Corbusier. Une promenade vivement conseillée à tout amateur de ligne claire !

Il était donc naturel de se tourner vers lui pour quelques éclairages sur Le Corbusier et la ligne claire.

Pingusson Lyonnet.jpg

Pingusson - l'hôtel Latitude 43 à Saint-Tropez (exposé lors de l'expo "Architecture et bande dessinée" en 2010)

Jean-Pierre Lyonnet : "N’ayant que très peu de rapport avec la bande dessinée, même si j’ y ai quelques amis et pas mal d’admirations, mon univers dépasse rarement l’architecture et son histoire (je considère toutefois les engins roulants, volants ou flottants comme  des « architectures mobiles »), le dessin n’étant qu’un des moyens d’en raconter les richesses.

J’emploie toujours le terme « ligne claire » avec modération, d’une part parce que lorsque j’ai commencé à dessiner, en 1973, ce genre-là n’avait pas de nom, c’était simplement de l’illustration. D’autre part, le terme est maintenant usé comme la corde et s’apparente, comme j’ai pu le lire dans la presse la semaine dernière à propos d’une exposition, à toute la bande dessinée, à condition qu’elle exhale un parfum belge fortement nostalgique (ce qui n’est pas pour me déplaire). Selon ce journaliste, Tillieux, Macherot, et pourquoi pas Jacobs auraient fait de la ligne claire sans le savoir.

Dans le même ordre d’idée, on peut lire un peu partout que Mallet-Stevens faisait de l’ « Art déco », alors que l’expression date des années soixante. Le plus amusant est de voir aujourd’hui les œuvres de Le Corbusier associées à cela, alors qu’en 1925, au moment de l’Exposition des Arts décoratifs, il pestait contre tous ces « décorateurs » et leur promettait une fin proche.

Et puisque qu’il est question de lui, et malgré les procès d’intention dont il est soudainement l’objet, je persiste à croire qu’il est l’un des inventeurs du XXe siècle avec James Joyce et Picasso (au hasard !).

Quant à savoir s’il est « ligne claire », je n’en sais rien. J’ai publié il y a quelques mois un livre sur Claude Nicolas Ledoux dont l’extrême dépouillement des lignes et des volumes nous font penser que l’inventeur de la ligne claire, ce serait plutôt lui.

Mais force est de constater que la série de villas construites dans les années vingt par Corbu et son cousin ont influencé la terre entière et pas seulement les illustrateurs. Pour autant ne confondons pas le contenu et son contenant : le dessin n’a que deux dimensions. J’ai commis en 1989, un portfolio sur la villa Savoye qui démontre cela : l’intemporalité du génie corbuséen."

LES ACTUALITES DE JEAN-PIERRE LYONNET :

"Mon dernier livre sur Ledoux - les « propylées de Paris » aux éditions Honoré Clair- est toujours en librairie.

Lyonnet Propylées Couverture.jpg

Lyonnet Propylées Barrière de l'Etoile.jpg

Pour l'heure, je viens de publier un portfolio sur la villa Cavrois  que l’on peut voir sur le blog de la villa et sur le site etatsdesstocks.com .

Lyonnet PF Villa Cavrois 1.jpg

Lyonnet PF Villa Cavrois 2.jpg

Par ailleurs, je termine actuellement un livre sur Hector Guimard (sans dessins) et un autre sur l’histoire de l’hydraviation (avec dessins)".

Bloch Lyonnet.jpg

 Bloch 120 "ville de Paris", carte de voeux privée

Nous espérons que la lecture de cette page vous donnera envie de plonger dans l'univers de Jean-Pierre Lyonnet, un créateur vraiment ligne claire !

 Illustrations copyright Jean-Pierre LYONNET

28/06/2015

LE CORBUSIER ET LA LIGNE CLAIRE / EPISODE 3 : FREDERIC REBENA

 

 Couverture Corbu Rébéna.jpg

Nous poursuivons notre parcours autour de "Corbu" - en nous écartant un peu de la ligne claire - avec l'évocation de la bande dessinée Le Corbusier, architecte parmi les hommes éditée par Dupuis en 2010, en partenariat avec la fondation Le Corbusier, à l'occasion de l'exposition Architecture et bande dessinée à la Cité de l'Architecture du Patrimoine de Paris.

Corbu page 5.jpg

Servi par le dessin racé, dynamique et élégant du brillant Frédéric Rébéna, cet ouvrage écrit par Rémi Baudouï et Jean-Marc Thévenet vaut le détour car il donne à (re)découvrir, en vingt planches magnifiques, les quinze dernières années du célèbre architecte. Il est enrichi d'un dossier comprenant textes, photos, dessins, couvertures de livres...

Corbu page 17.jpg

Pour ceux qui n'en auraient pas connaissance, nous reproduisons ci-dessous, avec l'aimable autorisation de Frédéric Rébéna, la double planche Corbu et les corbeaux, spécialement dessinée pour un numéro de Libération à l'été 2010. Du grand Art !

Corbu Corbu 1.jpg

Corbu Corbu 2.jpg

BONUS : L'ACTUALITE DE REBENA

Le dessinateur nous fait part de ses prochaines créations : 

"Aux éditions Rue de Sèvres, en septembre, sortie d'une bande dessinée de 150 pages sur la jeunesse de François Mitterrand avec Philippe Richelle au scénario :

Cover Mitterand un jeune homme de droite.jpg

François Rivière et son acolyte Maxence Colin viendront plus tard, en 2016, sur un autre sujet. Et un autre projet bien motivant dans la foulée... Tout un programme ô combien passionnant et follement échevelé !".

On confirme !

Illustrations copyright Rébéna & Dupuis pour Le Corbusier, un architecte parmi les hommes.

20/06/2015

LE CORBUSIER ET LA LIGNE CLAIRE / EPISODE 2 : TED BENOIT

Nous vous proposons la suite de notre grande enquête autour de Le Corbusier et la ligne claire avec la contribution de Ted Benoît.

Solliciter le créateur de Ray Banana nous semblait d'autant plus évident qu'il a toujours su utiliser et magnifier l'architecture et le design dans ses créations qu'ils s'agissent de bandes dessinées ou d'illustrations.

Dessin Ray Banana rue Lamarck.jpg

Extrait de Cité Lumière

Casterman

Ted Benoît Chateaudun.jpg

Illustration publiée dans La Peau du Léopard

Albin Michel

On se souvient tout particulièrement de ses dessins d'architecture : créations graphiques pour l'Institut Français d'Architecture autour de bâtiments d'Henri Gaudin, Henri Ciriani ou Christian de Portzamparc ou bien représentations de la célèbre Maison de Verre de Pierre Chareau.

Ciriani.jpg

Gaudin.jpg

Portzamparc.jpg

Trois affiches pour l'exposition

Trois architectes français

IFA

Ted Benoît Maison de Verre.jpg

Illustration sur la Maison de Verre

Sa dernière exposition à la galerie Oblique proposait des créations graphiques d'inspiration architecturale.

Galerie Oblique.jpg

Illustration pour la Galerie Oblique

Alors Ted Benoît, influencé par Le Corbusier ?

Réponse ci-dessous.

Le Corbusier et Josephine.jpg

Le Corbusier et Joséphine

IFA

Ted Benoît : "A part cette histoire de nombre d'or, qui en fait forcément un genre d'artiste ligne claire, je ne pense pas que Le Corbusier m'ait particulièrement inspiré, au contraire de Mallet Stevens, du Bauhaus, Frank Lloyd Wright ou Richard Neutra.

Par contre j'avais lu dans une revue de décoration d'après guerre un reportage sur un appartement en terrasse près de l'Etoile qu'il avait dessiné pour un riche particulier. Je ne retrouve pas la revue ni donc les détails. Je sais que cet endroit m'a servi de documentation pour Berceuse Electrique (des images des planches 62 et 64 par exemple).
 
Contacté par l'Institut Français d'Architecture pour l'exposition et le livre Corbu vu par, j'ai fait le dessin ci-dessus montrant la terrasse du même appartement. 
 
Le dessin reprend précisément une photo de la revue et montre Le Corbusier redescendant avec Joséphine Baker du salon en plein air. Qu'y ont ils fait ? La fixation du Corbusier sur Joséphine, en fait, m'intéressait beaucoup plus que tout le reste."

14/06/2015

LE CORBUSIER ET LA LIGNE CLAIRE / EPISODE 1 : EXEM

 expo-le-corbusier-mesures-de-l-homme-centre-pompidou-paris.png

A l'occasion de l'exposition Mesures de l'homme que le Centre Pompidou de Paris consacre jusqu'au 3 août à l’œuvre de Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, il nous a semblé intéressant de vous proposer une série de témoignages d'artistes ligne claire sur leurs liens avec le célèbre architecte, urbaniste, peintre, designer et sculpteur, véritable visionnaire de la modernité.

En effet, les créations de Le Corbusier ont été une source d'inspiration pour plusieurs d'entre eux, leur donnant l'idée d'illustrations ou de cases marquantes.

Le dossier de présentation de l'exposition Mesures de l'homme exprime ce lien avec force puisqu'on peut y lire le commentaire suivant concernant Le Corbusier : "Les perspectives qui accompagnent ses projets - souvent destinées à être publiées - sont exécutées au trait. Le dessin est épuré à l'extrême : seuls les contours de murs, des baies, de tous les éléments bâtis, des plantes, des meubles, des objets et, parfois, des personnages sont tracés. Si ces dessins appartenaient au genre de la bande dessinée, on les rapprocherait de l'école belge de la "ligne claire". Ce style graphique prévaut pour les vues intérieures isolées de villas Besnus ou Ternisien, et pour les vues en séquences des villas La Roche-Jeanneret, Meyer, Guiette, Church, Stein et de Monzie."

Dans son ouvrage Le Corbusier, un parcours publié en 2005 chez Parenthèses, l'espagnol José Baltanas, professeur de design, proposait de revisiter la pensée de Le Corbusier, à travers ses écrits, ses croquis et dessins préparatoires. On peut y lire cette affirmation fort pertinente : "Les dessins qui illustrent divers projets de Le Corbusier ... utilisent un ordre narratif hétérodoxe qui offre, à travers la séquence des plans, une perception continue et ininterrompue de l'espace, à la fois fragmenté et ponctué d'instantanés. Les textes qui les accompagnent (la voix off de l'architecte) évoluent en même temps que les images. Ils composent une narration proche du langage cinématographique ou de la bande dessinée, introduisant le temps dans l'espace, ce qui serait difficilement perceptible à partir d'un angle de vue statique."

Il y a donc manifestement des affinités et des analogies profondes entre le style ligne claire et l'œuvre de Le Corbusier. Ce sont elles que nous souhaitons mettre en lumière avec cette série de témoignages de dessinateurs contemporains.

En commençant par l'un des compatriotes de Le Corbusier, le suisse Exem, auteur d'une affiche marquante mettant en scène le célèbre architecte.

EXEM / LE CORBUSIER

Exem : "J'avais en 1986 réalisé l'affiche du concours “Le Corbusier revient” sous deux variantes, diurne et nocturne.

1986_corbu-revient_offset.jpg

1986_corbu-revient_serico.jpg

Ensuite, au printemps 87, je m'étais occupé de l'édition en album des meilleurs travaux de ce concours, toujours sous le titre “Le Corbusier  revient”, édition pour laquelle j'avais, en plus de la mise en page, réalisé la couverture, le médaillon de page de titre et les pages de garde.

corbu-revient_cover_150.jpg

1987_p-titre_corbu_300.jpg

gardes_corbu-revient_72.jpg

Mon dessin de couverture avait fait l'objet d'un tirage grand format (A2 si ma mémoire est bonne) présenté à Paris en 1987 dans le cadre de l'expo “Corbu vu par” organisée par l'institut français d'architecture et d'une version N/B pour le livre éponyme.

Voici pour le plaisir le petit compte-rendu paru dans la Tribune de Genève du 15 décembre 1986 faisant état du fiasco de la Fondation Le Corbusier dans sa tentative de faire interdire l'affiche du concours pour “Atteinte à l'honneur”."

Article Tribune de Genève Corbu Exem.jpg

Retrouvez les commentaires d'Ariel Herbez sur cette affiche dans Le grand plongeon, premier volume des aventures d'Exem au pays des affiches, aux éditions Séries Rares.

BONUS : L'ACTUALITE D'EXEM

Nous profitons de cette note pour vous signaler que le troisième volume de cette collection “Et vogue la galère” vient de paraître. 

Exem Et Vogue le Galère.jpg

Couverture

medaillon-titre_galere_coul200.jpg

Médaillon-Titre

couv-4e_vogue-la-galere_72.jpg

4ème de couverture

Trois affiches d'Exem font par ailleurs l'objet d'une réédition au format A2 : l'affiche contre la traversée de la rade et deux dessins réalisés pour des portfolios “Rentrer dans le chou” en 1995 et “L'Heure de vérité” en 1998.

1996_dragon_A3_72.jpg

1995_dans-le-chou_A3_72.jpg

1998_verite_A3_72.jpg

Plus d'infos sur les sites d'Exem et de la galerie Séries Rares.

Illustrations copyright Exem.

22/05/2015

L'ECOSSE DE FLOC'H

Floc'h Edimbourg cover.png

La belle collection "Travel Book" éditée par Louis Vuitton vient de s'enrichir d'un nouveau et beau volume signé Floc'h.

Consacré à Edimbourg, il donne l'occasion à l'artiste de mettre en images cette Grande Bretagne qu'il affectionne tant à travers le regard d'un adulte - Floc'h en personne - et d'une jeune fille, personnages déjà rencontrés dans ses trois derniers livres "jeunesse" chez Helium puis Le Seuil. Seul le lapin qui les accompagnait a disparu en route...

L'ouvrage n'est pas qu'un livre d'images. En effet, les illustrations sont souvent accompagnées d'un texte très pédagogique, accessible aux plus jeunes, qui apporte des informations sur l'histoire, la culture, l'architecture...

L'ensemble donne une vision bien évidemment très floc'hienne de la capitale écossaise puisqu'on y retrouve des signes qui alimentent depuis toujours ses créations : le kilt, le golf, le tweed, les boîtes aux lettres rouges, le goût pour la représentation des personnages historiques...

La nouveauté principale tient à nos yeux dans les nombreuses représentations de la ville d'Edimbourg et de ses environs immédiats.

D'une ligne claire épurée, ces représentations urbaines sont marquées par l'absence de vie humaine. Aucun contemporain n'y est présent. Comme si la population écossaise avait été rayée de la carte et que ne subsistaient que les bâtiments, la végétation et les animaux. Cela donne une impression fantomatique particulièrement troublante, perception renforcée par le choix de couleurs vives et d'un ciel toujours bleu, option météorologique particulièrement étonnante pour une contrée réputée pour ses atmosphères pluvieuses !

Il en va ainsi avec Floc'h. Il ne s'embarrasse pas de ce qui lui déplait. Il impose sa marque et c'est comme ça !

Il est bien évident qu'il ne faut pas compter sur lui pour une bande dessinée de reportage à connotation sociale. Floc'h est dans son monde qu'on peut trouver bourgeois, guindé ou élitiste mais qui relève d'une vraie cohérence artistique.

Nous vous invitons à découvrir la présentation vidéo de ce "Travel Book" avec une interview de Floc'h sur le site Louis Vuitton. :

Floc'h vidéo.jpg

On peut retrouver les illustrations noir et blanc de Floc'h pour Edimbourg sur le site de la Galerie Barbier et Mathon .

Illustrations copyright Floc'h et Louis Vuitton