Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


06/07/2014

PAINTED DESERT

Cover Painted Desert.JPG

Couverture
 
Les toutes jeunes éditions du Singe viennent d’inaugurer leur collection Atomic Stream avec la publication du premier volume de Painted Desert.
 
Cette bande dessinée est l’occasion pour le public francophone de découvrir un excellent dessinateur flamand, Lode Devroe qui n’avait jusqu’à présent vu qu’un seul de ses albums traduit en français de manière plutôt confidentielle, Le jour où la mer disparut aux éditions Bonte.

le jour où la mer disparut.jpg

Couverture
 
Les travaux publiés jusqu’ici par Lode Devroe dans plusieurs revues flamandes ou néerlandaises ont pour caractéristique commune de mettre en images des phénomènes étranges comme les ovnis et les extra-terrestres, sujets qui semblent le fasciner. C’est le cas ici aussi puisque les deux récits qui composent ce premier tome de Painted Desert, signés Pieter Van Oudheusden, évoquent une soucoupe volante écrasée au Nouveau Mexique non loin de la base aérienne de Roswell. De quoi combler les amateurs d’ufologie !  

Postcard Vogue-1949.jpg

Illustration pour une carte postale
 
Même si elles ne sont pas facilement abordables, les aventures rassemblées dans Painted Desert méritent qu’on s’y intéresse de près car elles nous permettent de découvrir l’univers graphique d’un dessinateur de grand talent.
 
C’est donc avec plaisir que nous vous proposons ici un échange avec Lode Devroe - que nous remercions pour les illustrations qu’il a mis à notre disposition pour l’illustration de cette page – et son éditeur Patrick Verlinden qui nous a été précieux pour la traduction des réponses du dessinateur.
 
Nous espérons qu’ils vous inciteront à vous procurer, si ce n’est déjà fait, cette bande dessinée et à soutenir ainsi la collection Atomic Stream.

Modelsheet-perso's-def-1100 kopie.jpg

Galerie de personnages
 
Entretien avec Lode Devroe :
 
Klare Lijn International : Painted Desert est votre deuxième bande dessinée publiée en français après Le jour où la mer disparut édité l’an passé par Bonte. Comment se fait-il que vos récits aient mis autant de temps à être publiés chez nous ? J’imagine que vous devez être très satisfait de toucher un nouveau lectorat.
 
Lode Devroe : Hangar 84 et Painted Desert #1 sont parus pour la première fois aux éditions Sherpa. En 2012, j’ai eu de graves problèmes de santé – j’ai perdu la moitié de mes facultés visuelles - suite à quoi la suite de Painted Desert a été retardée d’un an et demi. Pendant ma convalescence, j’ai retravaillé Le jour où la mer disparut que j’avais créé en 2005. C’est Patrick Verlinden qui m’en a donné l’occasion. Plus tard, il m’a proposé d’éditer une version française de Hangar 84 et Painted Desert #1 dans une nouvelle maison d’édition, les éditions du Singe. Entre temps, ma vision s’est améliorée même s’il ne m’en reste que 60 %. Je suis effectivement très content de faire mon apparition dans la « douce France ».

H84-3-Singe-foetus kopie.jpg

Extrait de Hangar 84
 
KLI : Votre dessin s’inscrit dans la tradition ligne claire et style atome. Pourriez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours et sur le choix de ce type de graphisme ? Quels sont les dessinateurs qui vous ont particulièrement influencé dans l’affirmation de votre trait ? On ressent tout particulièrement l’influence de Chaland et Clerc.
 
LD : Avant de me consacrer uniquement à la bande dessinée, j’ai travaillé entre 1986 et 2001, pour une firme de textile qui produisait des étiquettes et des labels. J’étais créateur de labels et je devais produire des dessins pour des tissus, ni trop fins ni trop épais, de la taille d’un fil ! La technique du dessin style Atome vient de là.

label.png

Une étiquette signée Lode Devroe
 
J’étais également passionné par la collection Bulldog de Magic Strip. Mais aussi par Tillieux, Franquin,… Je suis un enfant de mon époque ! Par la suite, dans les années 1990, j’ai découvert l’œuvre de Charles Burns avec son atmosphère, sa manière de nous faire entrer dans un autre monde, je trouvais cela fantastique.

H84-11-Singe-Muroc kopie.jpg

Extrait de Hangar 84
 
KLI : En dehors de la bande dessinée, on vous sent influencé par la série B américaine de science-fiction qu’elle soit filmée ou écrite. Quels sont les romans, films et téléfilms qui vous ont marqué ?
 
LD : The Twilight Zone. Weird classic B movies comme Invasion of the Body Snatchers … Ainsi que ceux moins connus :  The Mole People, Them!, Wasp Women, Four Sided Triangle, World without End, Target Earth, The Thing that couldn't Die, The Man without Body, The Man from Planet X, It came from beneath the Sea, The incredible shrinking man, The Day of the Triffids, Crack in the World,  Children of the Damned, Attack of the Puppet People… Ce sont des titres qui incitent à l’imagination. Il ne faut même pas les avoir vus. Mais je ne m’inspire pas de ces films. Je trouve mes idées dans ce que je lis à propos de notre belle planète, le « real think » à propos des agroglyphes, des ovnis… écrit par des scientifiques ou des pseudo-scientifiques tels Jacques Vallée, Stanton Freedman, Julien Weverbergh, Jean-Pierre Petit,  Edjo Haselhoff…

H84-14-Singe-Transistor kopie.jpg

Extrait de Hangar 84
 
KLI : Presque tous vos récits mettent en scène des aliens et des ovnis. Comment se fait-il que vous ne consacriez qu’à ce type d’univers ? Avez-vous une ambition à travers vos créations ?
 
LD : En fait, mes bandes dessinées ne sont pas des histoires à propos des aliens mais de nous-mêmes. Je fais usage de métaphore face à l’inconnu. Personne ne sait ce qui se cache derrière les ovnis, d’où viennent les agroglyphes… Cela pourrait être notre cerveau qui se joue de nous, mais un jeu qui laisserait des traces physiques. Les ovnis, les agroglyphes mais aussi d’autres phénomènes ésotériques restent les plus grandes énigmes de notre temps. Cela remue pas mal de choses, provoque toutes sortes d’intérêts comme la beauté de la nature, notre passé oublié, le cosmos, notre comportement, qui nous sommes.

PD-1-Singe- kopie.jpg

Extrait de Painted Desert
 
KLI : Il y a manifestement chez vous une forme de nostalgie pour une esthétique des fifties américaines. Quelles sont vos sources documentaires principales pour vous inspirer ? Est-ce que vous vous autorisez une certaine liberté dans la représentation des paysages, des voitures, des éléments de décor… ?
 
LD : Painted Desert #1 se passe en Arizona. J’utilise la plupart du temps des bouquins comme Time Life ou des vieux National Geographic. Les photos teintées azur sont plus évocatrices pour l’imagination que les clichés d’aujourd’hui. Je me suis par ailleurs entouré d’une collection de magazines auto, de vieux livres de science, de géologie, sur les ovnis et autres apparitions…

PD-3-Singe- kopie.jpg

 Extrait de Painted Desert
 
KLI : Je dois avouer avoir un peu de mal à rentrer dans vos bandes dessinées. Bien qu’offrant un graphisme vraiment intéressant, elles manquent à mes yeux de lisibilité. Avez-vous conscience de cela ? Est-ce voulu ? Pour ne pas être trop facile d’accès et imposer au lecteur une forme de concentration et un décalage dans la compréhension du récit ?
 
LD : Dans Hangar 84, tout s’enchaîne très vite. Il y a de grands bonds dans le temps qui sont proposés. C’est fait exprès pour donner un effet de surprise maximal à la fin de l’histoire. Painted Desert #1 est plus lent. C’est un road movie. Il s'agit de bien imprégner le lecteur dans les étendues désertiques de l’Arizona. Les versions originales en néerlandais de ces deux bandes dessinées étaient au format à l’italienne. La version française est donc formée par deux demi planches montées l’une sur l’autre. Le format à l’italienne correspondait très bien au désert, au roadmovie et au tempo de lecture que je voulais.

PD-6--Singe-Jap- kopie.jpg

Extrait de Painted Desert
 
Ces récits - surtout Hangar 84 - sont métaphoriques et ne doivent pas être pris au comptant. Le sujet principal de Hangar 84 n’est pas Max l’alien mais la faiblesse de l’être humain, l’opportunisme du Dr Dia, le choix malheureux de Cynthia Lee Miller de transplanter un fœtus alien dans son propre corps. Ce ne sont pas des bandes dessinées pour enfants, ni des films de série B mais des récits critiques à propos de l’homme, amenés de façon trompeuse par un dessin ligne claire / style atome.

PD-11--Singe-Nurse-Ribben- kopie.jpg

 Extrait de Painted Desert
 
KLI : Un deuxième volume de Painted Desert est annoncé. Quand sera-t-il publié ? 
 
LD : La suite est prévue pour l’année prochaine. Les planches sont pratiquement prêtes. Je suis occupé à la conclusion. Cela devrait être publié en français en 2016.

PD-16--wrak- kopie.jpg

 Extrait de Painted Desert
 
KLI : Avez-vous déjà développé votre univers en sérigraphie ou portfolio ? Est-ce que la création d’images isolées vous donne autant de satisfaction que la réalisation d’une bande dessinée ?
 
LD : J’aime autant créer des illustrations que de la bande dessinée, bien qu’il y ait plus de vie, plus de profondeur dans cette dernière. Pour l’instant, je suis concentré à 100% sur la bande dessinée. A ce jour, par exemple, je n’ai dessiné qu’un seul ex-libris de Painted Desert. 

Unknown-1.png

Ex-libris
 
Entretien avec Patrick Verlinden, l’éditeur :
 
Klare Lijn International : Quelle est votre ambition avec la collection Atomic Stream ? 
 
Patrick Verlinden : L'ambition d'Atomic Stream est de consacrer une collection au style atome, ce qui n'a plus été fait depuis la collection Atomium de Magic Strip. Malgré les années qui passent, le style atome est toujours présent dans la bande dessinée - le dernier Spirou dessiné par Schwartz, L'Empire de l'Atome de Smolderen et Clérisse, bientôt le nouveau Lapone... - mais il est rare et donc précieux !
 
Logo Atomic Stream.JPG
 
KLI : Quel est votre parcours dans l'édition ? Etes-vous un amateur de ligne claire et de style atome ?
 
PV : C'est la première fois que je me frotte à l'édition. Auparavant j'ai écrit quelques livres fantastiques et quelques scénarii de bande dessinée. Dernièrement j'ai retrouvé les histoires d'un auteur de bande dessinée, Marc Lumer, publiées il y a 20 ans dans Spirou, du pur style atome. J'ai rassemblé ces histoires et écris une intro : Trois aventures atomiques de Salomon Barkowitz, publié chez Peter Bonte en français et néerlandais. Avant cela, j'avais publié Club Roswell et Club Colonial chez lui. 
L'année prochaine est prévu Club Spoutnik avec un atomiste inconnu, Fratoom. Je prévois aussi de sortir un livre consacré au style atome.

MO-01-Ladies-01 kopie.jpg

MO-02-Roswell-Crash kopie.jpg
Originaux de Lode Devroe
 
KLI : Quels sont les prochains albums que vous comptez publier ? A quel rythme ? Est-ce que vous travaillerez surtout sur des traductions françaises d'oeuvres néerlandaises ou flamandes ? Ou bien proposerez-vous aussi des créations originales ?
 
PV : Pour l'instant, une bande dessinée par an est prévue dans la collection Atomic Stream. Cela dépendra des résultats de vente du premier Painted Desert. La suite sera bien sûr publiée. Lode travaille encore dessus. Dans nos cartons, nous avons aussi un auteur néerlandais et un auteur canadien. Il n'est pas exclu de publier un jour un auteur francophone. Pour l'instant, nous nous limitons aux textes inédits en français.

MO-03-Max-birth kopie.jpg

MO-04-Max-President kopie.jpg

Originaux de Lode Devroe
 
KLI : Signalons aux collectionneurs qu’une édition spéciale de Painted Desert (numérotée et signée avec jaquette) est annoncée. Est-ce que ce sera également une caractéristique de la collection ? Proposer des tirages limités accompagnés de bonus ?
 
PV : Le tirage limité de Painted Desert était effectivement prévu mais il n'a pas encore été créé. Nous attendons le feedback des lecteurs et des ventes... Nous serons présents avec nos auteurs aux festivals de Bruxelles, Quai des Bulles, Snef en bulles et l'année prochaine à Angoulême !

MO-08-FBI-and-Mark kopie.jpg

MO-12-Orthon kopie.jpg

 Originaux de Lode Devroe
 
Pour en savoir plus :
 
- le site de Lode Devroe
 
- le site des éditions du Singe
 
- le site des éditions Bonte
 
 
Illustrations © Lode Devroe / Editions du Singe ou Editions Bonte
 

21/06/2014

CHARLES BURNS, INVITE D'HONNEUR DES RENCONTRES CHALAND 2014

Libé 2006 Burns.JPG

Les Rencontres Chaland frappent fort ! 

Pour sa septième édition qui se tiendra du 4 au 5 octobre, à Nérac (47), la célèbre manifestation ligne claire accueillera l'américain Charles Burns, auteur marquant de la bande dessinée d'outre-atlantique.

Rien d'étonnant quand on sait l'admiration du créateur de El Borbah et Black Hole pour l'oeuvre d'Yves Chaland. Souvenez-vous de la une qu'il avait dessinée pour Libération, à l'occasion du Festival d'Angoulême 2006, où l'on pouvait voir un Freddy Lombard en bonne place (voir illustration ci-dessus).

Par ailleurs, sa dernière trilogie débutée avec Toxic, poursuivie avec La Ruche et qui s'achèvera avec Calaveras (dont la publication est annoncée chez Cornélius pour les Rencontres) est un hommage moderne et décalé à l'oeuvre d'Hergé et à l'univers de Tintin.

burns_tintin.jpg

Comme le veut la tradition, l'artiste américain, en qualité d'invité d'honneur, bénéficiera d'une exposition rétrospective à la Galerie des Tanneries du 3 octobre au 8 novembre.

Bien évidemment, il ne sera pas le seul artiste présent sur les rives de la Baïse puisqu'une trentaine d'auteurs sont attendus.

Comme chaque année, le programme s'annonce riche en expositions, conférences, rencontres... A découvrir tout prochainement sur le site dédié de la manifestation : www.rencontres.yveschaland.com

Illustrations copyright Charles Burns

 

30/05/2014

QUAND LA LIGNE CLAIRE SE MONTRE TRANSGRESSIVE

Pour ceux qui penseraient encore que la ligne claire se limite à des récits naïfs et gentillets, nous vous proposons une petite sélection de bandes dessinées publiées ces derniers mois et ayant pour point commun de combiner un dessin d'inspiration klare lijn et une liberté de ton plus ou moins affirmée.

Couverture Peter Pankj.pg.jpg

- L'intégrale Peter Pank par Max aux éditions Rackam

Cette nouvelle édition nous propose de redécouvrir une oeuvre majeure de la carrière de l'espagnol Max. Peter Pank est une parodie libertaire et acide du Peter Pan de Disney publiée au début des années 80. Quel plaisir de retrouver cet univers décapant de punks déjantés, de rockers excités, de sirènes nymphomanes et de peaux-rouges toxicomanes ! Cette belle réédition reprend l'intégralité des planches publiées dans la revue El Vibora avec des couleurs restaurées et des traductions plus fidèles à la version originale. Elle présente également des inédits autour du personnage de Peter Pank (couvertures, affiches,...). Nous ne saurions que trop vous recommander ce mélange résolument détonnant de dessin ligne claire et d'esprit movida. 

Plus d'infos sur le site de l'éditeur.

Jardin_Émile_couv.jpg

- Le jardin secret d'Emile Bravo aux Requins Marteaux

Si une forme de regard critique sur notre société traverse l'ensemble des créations d'Emile Bravo, y compris dans ses ouvrages pour la jeunesse, ce recueil d'histoires courtes publiées ici ou là, au fil des ans, propose de passer à degré supérieur de causticité et de mordant. A titre d'exemple, on y trouvera un pastiche dérangeant de Blake et Mortimer, rebaptisés pour l'occasion Swartz et Totenheimer. Un sommet de férocité ! Le reste de l'ouvrage est à l'avenant : intelligent et décapant ! A lire absolument.

Plus d'infos et quelques planches sur le site de l'éditeur.

couverture Terreur sur Saigon.jpg

- Terreur sur Saigon de Devig (dessins) et Geluck (scénario) chez Casterman

Ce troisième volet des aventures de Scott Leblanc, héros très crétin, et de son compère, l'impétueux professeur Moleskine, nous mène du Paris agité par les événements de Mai 68 au Saigon assailli par les troupes du Viêt-Cong sur fond de trame d'espionnage. On sent bien la volonté des auteurs de combiner l'utilisation d'un dessin ligne claire très rétro avec un propos qui rompt avec la tonalité des bandes dessinées franco-belges des années 50 et 60. Le résultat n'est qu'en partie réussi. Certes, l'album est assez drôle mais un peu plus d'impertinence et de férocité aurait certainement servi ce récit. Pas assez caustique, M. Geluck ! Il aurait fallu prendre une bonne dose de Peter Pank avant d'attaquer cette bande dessinée.

Plus d'infos et quelques planches sur le site de l'éditeur

11/05/2014

DEUX EXPOSITIONS PARISIENNES

Plus que quelques jours pour visiter deux belles expositions proposées par deux galeries parisiennes :

- L'exposition Klare Lijn from Amsterdam organisée par la Galerie Champaka jusqu'au 17 mai.

Léon-La-Terreur.jpg 

Copyright Théo Van den Boogaard 

Cette exposition-vente consacrée au dessinateur néerlandais Théo Van den Boogaard propose de belles planches originales de Léon-La-Terreur, son personnage vedette, ainsi que de superbes illustrations ligne claire autour de la ville d'Amsterdam.

A l'occasion du vernissage, la photographe  Lika Banshoya a capté un échange entre André Juillard et Théo Van den Boogaard. Il devait certainement y être question de Blake et Mortimer, l'auteur batave ayant annoncé en début d'année qu'il dessinerait un album des deux célèbres héros so british ! 

Van den Boogaard Juillard.jpg

Copyright Lika Banshoya

GALERIE CHAMPAKA PARIS
67, rue Quincampoix
75003 Paris
Mercredi à samedi : 14h00 à 19h30
 

- L'exposition Spots organisée par la Galerie Oblique jusqu'au 24 mai.

Couverture SPOTS Petit Roulet.jpg

Copyright Philippe Petit-Roulet

Cette exposition-vente consacrée au dessinateur et illustrateur Philippe Petit-Roulet est l'occasion de présenter une sélection de Spots, séries de petits dessins qu'il réalise régulièrement pour The New Yorker (cf. l'interview qu'il nous accordait en 2012).
 
Elle coïncide avec la publication du livre Spots aux éditions Cornélius, recueil de Spots publiés ou inédits, ouvrage indispensable à tout amateur de ligne claire épurée.
 
On peut voir et écouter Philippe Petit-Roulet dans ce court entretien filmé autour de son exposition :

 
GALERIE OBLIQUE
Village Saint-Paul
17, rue Saint-Paul
75004 PARIS
Mercedi à samedi : 14h00 à 19h00
 

04/05/2014

KABOOM ET TIND, DEUX REVUES DE QUALITE

Nous vous invitons à vous précipiter chez votre kiosquier ou libraire préféré pour vous procurer deux revues qui méritent le détour et pas seulement parce qu'elles évoquent, dans leurs pages, la ligne claire ou le style atome. 

kaboom_5.jpg

La première est la revue Kaboom. En effet, ce trimestriel de bandes dessinées au contenu toujours éclectique fait systématiquement une place à la ligne claire. Après Chris Ware, Ted Benoît, Floc'h et Meulen qui faisaient l'objet d'entretiens ou d'analyses dans les quatre premiers numéros, c'est au tour de Stanislas d'être mis à l'honneur de la revue. Le numéro 5 (mai-juillet 2014) nous propose une très intéressante interview du dessinateur par Nicolas Tellop. 

Page Facebook du magazine Kaboom

Tind 1.jpg

Tind est la seconde revue que nous vous conseillons. Axée sur la typographie, le graphisme et la littérature, son numéro 1 fait une place à la bande dessinée et plus particulièrement au style atome avec un portfolio de dessins inédits de Serge Clerc et une interview du dessinateur espion par Eloi Morterol.

Site du magazine Tind.

Concoctées avec soin tant sur le fond que sur la forme, ces deux revues sont à ne pas rater.